PARTAGER

Mc Baledio doit comparaître le 18 septembre prochain devant le Tribunal de grande instance de Kolda, suite à la plainte des enseignants offensés par son single. Face à cette situation, l’Association des métiers de la musique du Sénégal (Ams) dénonce une volonté de museler la liberté d’expression de l’artiste qui met à nu un vice de la société. Elle se dit également engagée à combattre les vrais parasites de la société afin de protéger les enfants des prédateurs tapis dans l’ombre.

Suite à la sortie de son single le mois dernier dans lequel il met en scène «le cas d’une élève séduite par son enseignant et en appelle à plus de responsabilité des uns et des autres pour endiguer ce fléau», Mamadou Diao alias Mc Baledio a reçu une «plainte d’un groupe d’enseignants» qui se sentent offensés par les propos du jeune rappeur. Face à cette situation, l’Association des métiers de la musique du Sénégal (Ams) a déclaré hier, lors d’une conférence de presse, qu’elle «se solidarise avec ses partenaires pour dénoncer cet état de fait». L’artiste doit «comparaître le 18 septembre prochain devant le Tribunal de grande instance de Kolda pour répondre des délits de diffamation et d’injures», mais ses défenseurs soutiennent «n’avoir pas compris le fait que des enseignants qui ont un rôle d’éducateurs puissent s’attaquer à Mc Baledio qui est un éveilleur de consciences et un porteur de message dans la société». En tant qu’artiste, l’Ams estime que le rappeur de Kolda, par la loi sur la propriété littéraire et artistique, «est libre de donner son opinion à travers ses créations». Daniel Gomes, président de l’Ams, laisse entendre que malgré les démarches entreprises par la section Ams de Kolda auprès des enseignants et les excuses de Mc Baledio pour trouver une solution à ce problème, les amis de la craie ne renoncent pas à leur plainte. Par conséquent, les membres de l’Ams appellent les enseignants à la raison et «à unir leurs forces aux leurs au lieu de vouloir mettre un artiste innocent en prison, laissant courir allègrement les bandits». L’Ams n’hésite pas d’ailleurs à assimiler cette démarche des enseignants à une volonté de museler la liberté d’expression artistique protégée par la Constitution sénégalaise. Ils invitent enfin les autorités, les acteurs culturels et les populations à tout mettre en œuvre afin que cesse cet acharnement sur Mc Baledio avant de faire savoir qu’ils «ne ménageront aucun effort pour que l’on s’occupe des vrais parasites de notre société dans le but de protéger nos enfants de ces prédateurs tapis dans l’ombre».
Stagiaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here