PARTAGER

Madické : «Je jure devant Dieu et Khadimou Rassoul que je
n’ai jamais trahi Me Wade»

Me Abdoulaye Wade a été «poignardé» et «trahi» par Me Madické Niang après la lettre que certains députés, demandant un plan B à Karim Wade, candidat du Pds à l’élection présidentielle de 2019, lui ont adressée. L’ancien Président estime que son ex-ministre des Affaires étrangères s’est plié à la volonté de Macky Sall.

Le secrétaire général du Parti démocratique sénégalais (Pds) ouvre une nouvelle saison de tensions. Me Abdoulaye Wade n’a pas mis de gants pour charger le président du groupe parlementaire des Libéraux. Selon lui, Me Madické Niang est derrière la lettre dans laquelle 5 députés libéraux demandant au Pape du Sopi de choisir un autre candidat que Karim Wade à la Présidentielle de 2019. Dans une correspondance envoyée depuis Dubaï où il séjourne, l’ancien président de la République estime que «Me Madické Niang a décidé de se mettre en face du parti et en face de son secrétaire général…». Dans ses écrits, Wade laisse planer un sentiment de trahison de son ancien ministre des Affaires étrangères. «Ce ne sera pas la première fois qu’un ou de hauts responsables du parti choisissent de nous lâcher en plein combat», rappelle-t-il. Cependant, il «doute fort que Madické réussisse là où tous les autres, jusqu’ici, ont lamentablement échoué».
Concernant son différend avec l’actuel président du groupe parlementaire Liberté et démocratie (opposition), le secrétaire général du Pds s’en remet à Allah qui «voit tout jusqu’au fond des cœurs et dont le Tribunal est au-dessus de tous les tribunaux de la terre». Dans cette affaire, Wade regrette que Madické Niang «n’ait pas choisi une forme plus élégante» d’exprimer sa pensée. «Compte tenu des relations que nous avions, j’étais en droit de penser qu’il n’aurait jamais choisi la forme du coup de poignard dans le dos. Et surtout d’aller susciter une lettre que certains responsables dont le nom figure au bas de la lettre, d’après leurs déclarations, n’ont pas signée, même s’il y a eu conversation téléphonique», déplore-t-il.

«Il n’y aura pas de plan B à Karim»
Tout compte fait, le Pape du Sopi considère ceux qui ont signé la lettre que «jusqu’à preuve du contraire, (il) les considère comme étant de bonne foi, à l’exception de Thiombane, militant marginal au Sénégal comme il le fut à l’Ujtl à Paris, maillon faible qui a été utilisé délibérément par Madické Niang, à l’insu des signataires». A ceux dont «la signature a été usurpée, et à ceux qui se sont trompés de bonne foi», Me Wade leur demande «de ne rien faire de plus qui risque de créer une fissure dans notre grand parti, ce que souhaite Macky Sall, de poursuivre la campagne de parrainage et d’attendre mon retour au pays».
Pour Me Abdoulaye Wade, le Congrès du Pds, «librement et démocratiquement», a choisi Karim Wade comme son candidat à la Présidentielle de 2019. Ainsi, déduit-il, demander une alternative à Karim constitue une exigence de Macky Sall. «Il n’y aura pas de plan B. Nous contraindrons Macky à respecter le choix de notre parti (…) Si certains, pour des raisons qui leur sont propres, décident de se plier devant la volonté de Macky Sall, qu’ils aient le courage d’assumer clairement leur choix, sans tenter de jeter le trouble dans nos rangs. Cette manœuvre ne passera pas», avertit le patron des Libéraux.
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here