PARTAGER

Avec l’incertitude qui plane sur le choix du stade Lat Dior de Thiès devant abriter les matchs des Lions, Léopold Senghor se pose en véritable plan B ; d’où l’opération commando menée pour «récupérer» la pelouse.

Où se joueront les deux matchs des Lions contre Madagascar et Mali prévus les 23 et 26 mars ? En tout cas, à moins de 15 jours de ces deux rendez-vous, c’est toujours le flou, même si on sent un forcing venant surtout des autorités thiessoises qui tiennent à accueillir les Lions pour l’histoire. D’ailleurs, l’on annonce un Crd en ce sens pour la semaine prochaine où des décisions officielles devraient tomber.
Mais il faut dire que le «silence» du président de la Fédération sénégalaise de football, qui n’a pas voulu faire de déclaration à l’issue de sa visite jeudi au stade Lat Dior, est venu «amplifier» les doutes qui planent sur cette infrastructure de la Cité du Rail dont les travaux de réhabilitation ne sont toujours pas achevés. Avec, entre autres, des vestiaires à rendre plus confortables, un tunnel plus moderne etc.
Tout cela retarde son homologation par la Caf alors qu’on est à moins de deux semaines du match contre Madagascar. Si on y ajoute l’aspect sécuritaire, avec la petite capacité du stade qui est de 15 mille places, loin des 60 mille spectateurs de «Senghor», il y a de quoi s’inquiéter là aussi.

Les va-et-vient du Dtn au stade Senghor
Du coup et pour ne pas avoir une mauvaise surprise, les fédéraux ont mis la main sur le stade Léopold Senghor devenu un vrai plan B. Evidemment, un tel choix pourrait être plombé par la qualité de la pelouse qui laisse à désirer. C’est à ce niveau justement qu’il a été décidé de mettre les bouchées doubles pour récupérer le gazon le temps de deux matchs.
C’est ainsi que l’arrosage est en mode accélérée avec des citernes d’eau mobilisées, suivi du système de placage (mettre de nouvelles plaques de gazon sur certaines parties du terrain). Le tout, sur la supervision de l’entrepreneur et du Directeur technique national, Mayacine Mar. Ce dernier ne cesse de multiplier ses «visites de chantier» pour avoir une idée de l’état d’avancement de la pelouse soumise à un vrai lifting. Reste à savoir si «Senghor» pourra retrouver un semblant de gazon praticable pour jouer les sapeurs-pompiers en cas d’annulation du match à Thiès.
hdiandy@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here