PARTAGER

Les travaux de réforme du Système national de planification ont été lancés la semaine dernière. Le projet porté par le ministère de l’Economie, du plan et de la coopération, en partenariat avec le Pnud, entend corriger les dysfonctionnements dans les politiques publiques.

Le ministère de l’Economie, du plan et de la coopération, en partenariat avec le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), a lancé la semaine dernière les travaux de réforme du Système national de la planification (Snp). Le projet va «corriger les problèmes d’articulation et d’incohérence de certains outils de planification existants qui peuvent impacter négativement l’efficacité des politiques publiques». Il s’agit aussi, à travers le Snp, d’améliorer «la chaîne de planification qui entraîne souvent un déficit de cohérence».
Alors que le monde, la pensée économique, les instruments de planifications bougent constamment, la dernière réforme du Snp date de 1987, soit 32 ans à ce jour.
«Il est tout à fait compréhensible qu’après toutes ces années on réforme le système national de planification pour un meilleur pilotage des politiques publiques et pour une meilleure cohérence d’ensemble de tous les instruments qui existent en matière de pilotage de l’économie», a déclaré Pierre Ndiaye à l’ouverture de l’atelier de lancement de la réforme du Snp.
L’Acte 3 de la décentralisation qui a introduit à son tour de nouveaux instruments. Le Plan Sénégal émergent (Pse), devenu document de référence de la nouvelle politique économique et sociale sur la période 2014-2023, constitue entre autres un des nouveaux instruments du pays. «Il y a d’autres instruments en cours de route et il faut en permanence assurer la cohérence d’ensemble de tous ces instruments pour un bon pilotage», a indiqué le secrétaire général du ministère en charge de la Planification.
Aussi, le Sénégal appartient à des espaces communautaires tels que la Cedeao, l’Uemoa. Le pays s’est en outre engagé dans d’autres programmes internationaux tels que l’Agenda 2030 des Nations unies et 2063 de l’Union africaine. Selon Pierre Ndiaye, tous ces instruments vont être pris en compte dans le pilotage de l’économie nationale. «Cela vient encore renforcer cette idée de réforme du Snp», a dit M. Ndiaye.
D’après le représentant du Pnud, Isiyaka Sabo, il serait important, si l’on veut efficacement atteindre l’ensemble des cibles des Odd, de saisir cette opportunité de réforme du Snp pour que les Odd intègrent les lignes directrices de planification, surtout au double niveau sectoriel et territorial.
ksonko@lequotidien.sn 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here