PARTAGER

Le Sénégal a réduit plus que de moitié son taux de mortalité infantile en le faisant passer de 492 décès en 2009 à 200 décès en 2019, pour 100 mille naissances vivantes, a-t-on appris mercredi du docteur Cheikh Ann, de la Direction de la planification, de la recherche et des statistiques du ministère de la Santé et de l’action sociale. «En 2009, sur 100 mille naissances vivantes, il ya 492 décès. Et en 2019, nous en sommes arrivés à 200 décès pour 100 mille naissances vivantes», a dit M. Ann lors d’un atelier consacré au Plan national de développement sanitaire et social (Pndss). «Grâce au deuxième plan national de développement sanitaire et social, nous avons obtenu beaucoup d’acquis» en matière de réduction de la mortalité infantile, a dit M. Anne en présence des autorités administratives de Kaffrine, dont Abou Bâ, adjoint du gouverneur, chargé des affaires administratives de la région. «De 2009 à maintenant, nous avons diminué la mortalité maternelle de 50% (de moitié), et la mortalité infantile a été réduite de 60%. Il y a eu des avancées», a-t-il souligné. Selon Cheikh Ann, les besoins financiers du Pndss pour la période 2019-2028 sont évalués à 4000 milliards de francs Cfa.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here