PARTAGER

La planification des investissements nécessaires pour le développement passe par la disponibilité et l’utilisation des données de recensement. Le bureau régional du Fonds des Nations unies pour la population (Unfpa) qui a organisé un atelier de 5 jours sur cette question, du 23 au 27 juillet dernier, attire l’attention sur l’importance pour les pays africains de disposer et d’utiliser ces données.

Pour tirer profit du dividende démographique, les pays africains doivent analyser, disséminer et utiliser à temps les données collectées de la série 2020 des recensements généraux de la population et de l’habitat. Cela, pour éclairer la planification du développement et la prise de décisions aux niveaux national et local, notamment sur les investissements nécessaires à faire dans la jeunesse et les femmes. Pour aider les pays africains à atteindre cet objectif, le bureau régional du Fonds des Nations unies pour la population (Unfpa), Afrique de l’Ouest et du Centre, a tenu 5 jours de «travaux sur le processus de recensement général de la population et de l’habitat et ses liens avec les Objectifs de développement durable (Odd) à l’horizon 2030 et l’Agenda 2063 de l’Union africaine» du 23 au 27 juillet dernier à Dakar.
Dans un communiqué, le bureau régional de l’Unfpa informe que «le recensement général de la population et de l’habitat fournira les données jusqu’au niveau de désagrégation géographique le plus fin». Le document souligne que «la production, la disponibilité et l’utilisation de telles données de qualité vont également faciliter la coopération sud-sud et d’assurer le suivi de l’opérationnalisation de la feuille de route de l’Ua sur le dividende démographique». Mais également «des plans et programmes de développement à tous les niveaux, en ligne avec l’agenda 2030 sur le développement durable et l’Agenda 2063 de l’Ua». Attirant l’attention sur l’importance de disposer de ces données, le directeur régional de l’Unfpa, Mabigué Ngom, a fait savoir que «la disponibilité des données désagrégées, fiables et à jour est indispensable pour la mise en œuvre et le suivi des Odd pour ainsi renseigner toute réponse liée au principe de ‘’ne laisser personne pour compte’’». Ce, souligne-t-il, «afin d’atteindre le développement pour l’Afrique que nous voulons».
dkane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here