PARTAGER

Le projet de la plateforme opérationnelle de sécurisation du vote, initié par Me Mame Adama Guèye, fédère des candidats à la candidature à la Présidentielle.

Me Mame Adama Guèye démarre fort sa mission de regrouper l’opposition autour de sa plateforme opérationnelle de sécurisation du vote pour annihiler le présumé «hold up» du pouvoir en place sur l’élection présidentielle du 24 février prochain. En effet, Me Guèye et Ousmane Sonko de Pastef s’accordent sur la nécessité de mettre en place un plan pour «sécuriser» le vote.
«Nos analyses ont convergé sur le fait que le système a la ferme volonté de faire un hold up sur cette élection. A mon avis et nous le partageons, il y a un attentat en perpétration contre notre système démocratique et le processus électoral et un certain nombre d’indicateurs que nous avons partagés le confirment, l’article 27 du code des communications électroniques, la désignation de Babacar Diagne à la tête du Cnra, la manipulation du parrainage, la rétention des cartes, du fichier électoral», fait savoir Me Guèye à la sortie de leur entretien.
Il a fait une autre révélation. «On a eu une information très inquiétante que l’administrateur du Pastef vient de communiquer. Il y a une instruction en cours qui invite les enseignants à s’identifier s’ils sont militants d’un parti. Ça aussi c’est un autre indicateur que nous ne savions pas.»
En outre, Me Mame Adama Guèye a dit ses espérances sur l’initiative prise et les résultats escomptés avec le concours du Pastef. «Ousmane Sonko nous a fait part de l’accord de principe de Pastef de participer à cette idée de plateforme opérationnelle de sécurisation du vote. Nous sommes persuadés qu’avec la contribution de Pastef avec ses ressources, sur le principe de la mutualisation que nous préconisons, nous pouvons atteindre nos objectifs. Il (Sonko) a ajouté un point qui est très important que nous retenons, c’est de travailler à une forte implication des jeunes à ce processus, sur la base du volontariat.»
A en croire Me Guèye, le régime en place manigancerait pour contrôler les médias et les populations. «Le pouvoir a déjà une mainmise sur la Rts, Le Soleil avec un militant Apr à leur tête. Maintenant, avec Babacar Diagne à la Cnra, le pouvoir se donne les moyens coercitifs de contrôler la presse privée et Babacar Diagne s’est signalé négativement en faisant des injonctions très fortes au groupe D média. M. Diagne, tout le monde connait sa docilité vis-à-vis des pouvoirs en place. C’est la raison pour laquelle nous pensons que cette nomination vient parachever la volonté évidente du pouvoir de contrôler toute l’information et vous savez le caractère très stratégique de l’information dans le cadre d’une élection, c’est un élément du puzzle qui est mis en place pour organiser un hold up et tenir en respect les populations, avec le sur-équipement des forces anti-émeute», dénonce l’ex-candidat à la candidature.
Me Guèye a par ailleurs donné la direction du projet de ladite plateforme : «Nous avons une démarche inclusive, nous avons des idées que nous échangeons ; ce sera au cadre de concertation de définir les contours définitifs de cette plateforme. Le rôle de la plateforme sera de faire une gestion opérationnelle des risques identifiés».
Pour rappel, Ousmane Sonko est le troisième candidat rencontré par Mame Adama Guèye, après les candidats Bougane Guèye Dany et Moustapha Guirassy. Il doit aujourd’hui, rencontrer M. Mamadou Lamine Diallo.
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here