PARTAGER

LEGISLATIVES Après les couleurs et les symboles : Le temps d’antenne, l’autre problème avec les 47 listes

Trois minutes pour chacune des 24 listes en 2012. Et combien pour ces Législatives qui ont vu le nombre doublé ? C’est l’autre question qui va se poser dans les prochains jours, au-delà de la bataille des couleurs et des symboles. La Rts devra encore trouver 47 caméras et ce qui va avec pour assurer la couverture audiovisuelle. Le Cnra se penchera sur cette répartition sensible du passage et du timing de chaque liste. Mais en attendant, le journaliste-formateur, Abdoulaye Ndiaye, propose un nouveau système de rationalisation du temps d’antenne.

La guerre des 47 listes ne se fera pas que sur le terrain. Et en plus du choix des couleurs et des symboles, il y aura un débat sur la répartition du temps d’antenne. C’est en cela que la couverture de la campagne pour les élections législatives risque d’être compliquée, notamment pour les médias du service public. Avec 47 listes, le temps d’antenne qui sera accordé à chacune d’entre elles pourrait être un casse-tête pour la Rts. Va-t-on maintenir les trois minutes pour chaque liste comme ce fut le cas en 2012 pour la même élection ? Où va-t-on diminuer ce temps vu la pléthore de listes ? Déjà, aux dernières Législatives, avec 24 listes, le nombre était jugé pléthorique. La Rts avait dû sortir autant d’équipes techniques (caméras, preneurs de son, monteurs,…) pour équilibrer le traitement. Pour ces échéances électorales, il en faudra le double. Face à cette situation inédite, les différentes listes candidates devront changer de système, sinon le passage de 47 listes risque de prendre toute une soirée à la télévision. Sûrement que le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (Cnra) se réunira avec les parties prenantes pour définir les modalités de passage des partis et coalitions durant cette campagne électorale qui démarre le 9 juillet prochain.

«Il faut un nouveau système pour rationaliser le  temps d’antenne»
De l’avis du journaliste-formateur Abdoulaye Ndiaye, la répartition du temps d’antenne pour les 47 listes «ne manquera pas de poser des problèmes». Sauf, d’après le spécialiste de l’audiovisuel, si on invente «un nouveau système qui permettra de rationaliser le temps d’antenne en respectant l’obligation du principe égalitaire entre les coalitions et partis politiques». Selon le formateur au Cesti, si on retient trois minutes pour chaque parti, la diffusion peut prendre toute la soirée. «Il faut trouver une forme rationnelle, revoir le timing, et voir comment répartir le passage sur différentes plages horaires distanciées par des programmes attrayants», a-t-il dit. Selon M. Ndiaye, pour éviter de saturer les téléspectateurs, il faudra faire la diffusion par bloc avec plusieurs plages horaires et le même timing pour chacune des organisations politiques. Interpellé sur le fait que ce procédé peut susciter des protestations de la part des acteurs politiques, l’ancien présentateur du Jt de la Rts précise qu’il n’y aura pas de problème à ce niveau parce que le Cnra se chargera de superviser l’ordre de passage qui se fera par tirage au sort.
Au-delà, Abdoulaye Ndiaye préconise la modernisation de la couverture de la campagne électorale qui est «surchargée» et «excessive». «Il faut mettre en relief le principe de responsabilité et de confiance des médias mais aussi donner la possibilité aux médias de proposer des formes de traitement qui peuvent susciter l’intérêt du public», recommande M. Ndiaye.
dkane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here