PARTAGER

Entre la vie et la mort, le fil est ténu. Alors que les populations de Oudalaye fêtaient la Korité dans l’allégresse, la grande faucheuse, avide de vie humaine, est venue tout perturber. Comme toujours, il faut s’incliner devant la volonté divine. Mais, on n’a pas le droit de s’incliner devant l’enclavement, qui rend impossible toute mission de secours en dehors des grandes agglomérations. Dans ces zones, la vie n’existe pas au-delà des efforts personnels consentis par les villageois. A part ses symboles, l’Etat y est absent.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here