PARTAGER

Babacar Ba croit à une victoire de Osez l’avenir aux prochaines Législatives. Le président du mouvement Alternative citoyenne qui était de passage dans les locaux du journal Le Quotidien explique les raisons de son alliance avec Aïssata Tall Sall.

Quel est l’objectif de votre mouvement ?
Notre ambition est de mettre l’intelligence au service du développement, mais aussi de changer fondamentalement et durablement le Sénégal. Nous nous sommes rendu compte des difficultés auxquelles nous sommes confrontés au-delà des changements de régimes. Le Sénégal fait partie des pays les moins avancés et nous savons également le rang qu’il occupe dans l’indice de développement humain. Donc, nous sommes parmi les derniers. A partir de ce constat, nous nous sommes dit qu’il faut impérativement changer la donne.

Comment comptez-vous arriver à ce changement ?
Il s’agira, pour nous, de faire la politique autrement parce que nous pensons qu’il y a aujourd’hui un problème de leadership dans notre pays. Donc, l’ambition d’Alternative citoyenne, c’est de travailler à créer cette nouvelle génération de l’élite sénégalaise capable de promouvoir la citoyenneté de transformation durable. Quand on dit citoyenneté, c’est de placer l’intérêt général au cœur de l’action publique. Et l’intérêt général, c’est le facteur de légitimation, la croyance bien fondée de la population vis-à-vis de la puissance publique.

Quelle lecture faites-vous des querelles d’investitures sur les différentes listes ?
Cela ne nous surprend pas. Nous pensons que dans la vision qui est la nôtre, comme dit Me Aïssata Tall Sall, l’essentiel c’est le Sénégal. Dans les deux camps de Manko et de Benno par exemple, vous avez un groupe de personnes qui ont fini par tuer les ambitions de leur parti au profit de leurs intérêts personnels. L’Afp et le Ps ne veulent que la réélection de Macky Sall en 2019, mais surtout pour garder leurs privilèges. Il y a aussi un groupe que vous appelez Manko taxawu senegaal, où tout le monde est candidat aux élections de 2019. Alors, qui va s’occuper de 2017 ? Nous pensons, avec Me Aïssata Tall Sall et Osez l’avenir, qu’il nous faut impérativement préparer l’avenir et envoyer des représentants crédibles à l’Assemblée nationale. Tout le monde est d’avis que la Législature sortante est l’une des plus incompétentes que le Sénégal ait connues.

Vous vous êtes allié à Me Aïssata Tall Sall. Peut-on espérer une rupture alors qu’elle nous a été vendue pendant toute cette Législature ?
Je ne pense pas que Aïssata Tall Sall soit comme les autres. C’est une femme qui a fait 18 mois de pouvoir avec le Parti socialiste et 17 ans d’opposition. Elle est connue comme une talentueuse avocate qui ne vit pas de la politique, mais pour la politique. Alternative citoyenne avait estimé qu’il fallait d’abord identifier le leader le plus à même de conduire ce projet de redressement national dans les meilleurs délais et dans les meilleures conditions. Ce choix c’est Aïssata Tall Sall avec qui nous allons oser l’avenir et changer fondamentalement ce pays.  Ce sera très long, très difficile, nous savons que nous pouvons tomber, mais nous nous en relèverons. Et c’est un combat de génération que nous menons avec une femme qui incarne beaucoup de valeurs.

Quelles sont vos attentes par rapport aux prochaines Législatives ?
Notre ambition est claire : nous voulons contrôler l’Assemblée nationale, partant contrôler les actions du gouvernement, car il faut que le pouvoir arrête le pouvoir. Il y a énormément de choses à faire à travers des propositions de loi et des commissions d’enquête parlementaire. Nous devons avoir un regard sur tout ce qui s’y fait. Et le programme de Osez l’avenir peut bien changer ce pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here