PARTAGER

Le pôle des non-alignés a choisi les Professeurs Alioune Sall et Babacar Kanté pour conduire le dialogue. Ce qui ne veut pas dire, selon son coordonnateur, qu’il récuse Pr Babacar Guèye et Mazide Ndiaye, proposés par la société civile. Déthié Faye rappelle que chaque pôle devait donner ses deux noms.

Qu’est-ce qui explique que le pôle des non-alignés récuse le duo Mazide Ndiaye-Babacar Guèye pour conduire le dialogue politique ?
Il y a un problème de compréhension. Nous ne les avons pas récusés parce que la récusation pourrait intervenir à l’occasion de la réunion prochaine quand on mettra sur la table toutes les propositions des quatre entités (majorité, opposition, non-alignés et société civile). Nous ne sommes pas actuellement dans une phase d’approbation ou de désapprobation des propositions. Nous sommes dans une phase de communication de personnalités proposées par les entités. Le pôle des non-alignés ne cherche pas à savoir quelle est la position des autres entités par rapport aux siennes, ce n’est pas le moment. Nous rappelons simplement que, pour le moment, il est question pour les quatre entités de proposer chacune deux personnalités. Mais nous ne sommes pas dans une dynamique de voir si telle proposition est objective ou non. Parce que la société civile, en tant qu’entité, échange en son sein et fait ses propositions sans faire attention à nous. Nous aussi, nous faisons nos propositions sans faire référence aux autres entités. C’est cela qui fait la richesse des propositions. Et nous avons besoin d’avoir sur la table les huit noms de personnalités indépendantes sur lesquels nous devons échanger pour trouver celui qui serait le mieux indiqué pour nous aider à conduire ces concertations. Nous allons analyser objectivement et voir pourquoi telle personne a été proposée à la place de telle autre. C’est l’intérêt du Sénégal qui nous anime et, à partir de ce moment-là, nous n’y verrons pas d’inconvénients. Mais je ne crois pas qu’à l’étape actuelle, une seule entité puisse déjà se prononcer sur les choix de l’autre.
Est-ce à dire que les différents partis vont devoir se mettre autour d’une table pour le choix définitif de personnalités ?
C’est ça, parce que cette procédure est la même que celle que nous avions suivie en décembre 2017 et qui avait conduit à la désignation de l’ambassadeur Seydou Nourou Ba. La seule différence est que cette année, les entités ont communiqué publiquement sur la question. Mais il était convenu entre nous, lors de la réunion qui s’est tenue à la direction générale des Elections, que les entités devaient déposer leurs propositions sous pli fermé ou par courrier électronique. Donc, en allant à cette réunion, nous avions déjà des noms à proposer. Nous leur avons dit que nous avons nos propositions, mais nous ne pouvons pas le faire publiquement. Si on avait respecté la procédure de l’année dernière, tout ce débat n’aurait pas eu lieu. On peut même avoir la chance, sans influence aucune, d’avoir des personnes choisies de commun accord.
En tant que pôle des non-alignés, vous avez porté vos choix sur les Professeurs Alioune Sall et Babacar Kanté. Qu’est-ce qui motive ces choix ?
Nous l’avons dit. C’est d’éminents Professeurs d’université qui sont reconnus pour leur compétence en la matière, pour leur neutralité et leur équidistance par rapport à toutes les entités qui prennent part aux concertations. Ces gens-là, quand vous les nommez, ils ne viendront pas pour défendre une entité ou un groupe. Ils seront là simplement pour faciliter et aider à faire avancer notre démocratie. C’est la raison pour laquelle nous estimons que ce sont des personnalités bien indiquées pour pouvoir conduire ce travail. Les concertations permettront de prendre les meilleurs parmi eux.
Partagez-vous la position de Zahra Iyane Thiam qui récuse la proposition de la société civile, estimant que les structures de Mazide Ndiaye et Babacar Guèye sont parties prenantes du dialogue ?
Nous n’avons pas à partager les déclarations de qui que ce soit. Dans notre communiqué d’hier (dimanche), nous avons parlé de leur équidistance de tous les acteurs impliqués dans la concertation sur le processus électoral. Donc, nous c’est cela notre ligne de conduite.

Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here