PARTAGER

El Hadji Lamine Dramé plaide pour l’unité de Benno bokk yaakaar aux prochaines Locales. Alors que certaines localités réclament des postes de responsabilités, l’Apériste de Ouakam estime par ailleurs que c’est parce que le chef de l’Etat s’est rendu compte qu’il peut faire mieux qu’il a décidé de supprimer le poste de Premier ministre.

Vous êtes responsable de l’Apr à Ouakam. Quelle appréciation faites-vous du nouveau gouvernement ?
D’abord, je voudrais rappeler que depuis 2012, nous avons toujours gagné les élections à Ouakam. La seule élection que nous avons perdue, ce sont les Locales de 2014. Et récemment, lors de la Présidentielle, la coalition Benno bokk yaakaar a remporté la totalité des 8 centres de vote de la commune. Donc, le chef de l’Etat a mis en place son gouvernement. Nous, en tant que militants disciplinés, ne pouvons que l’accompagner et le soutenir dans sa vision de faire du Sénégal un pays émergent. Ce qui est clair, c’est qu’il ne s’agit pas de raisonner en termes de quotas parce que si Ouakam réclame sa part, Ngor peut faire pareil. Ce qui est important, c’est que le Président Macky Sall a mis en place un gouvernement pour prendre en charge les problèmes des Sénégalais. On doit donc l’accompagner dans ce sens pour que notre pays continue à être cité en exemple parmi les grandes démocraties.
L’Apr fait face à plusieurs tendances au sein de la commune de Ouakam. Quelles relations entretenez-vous avec les autres responsables ?
Nous avons préparé les élections pendant deux ans en mettant en place une plateforme qui regroupe tous les cadres de Ouakam. Nous avons sensibilisé les populations sur les réalisations du président de la République. Au finish, nous avons gagné les élections dans la commune. Mais la particularité est qu’il y avait deux comités électoraux à Ouakam. Les gens ne voulaient pas être derrière le maire Samba Bathily Diallo parce qu’en son temps, il ne voulait pas parrainer la candidature de Macky Sall. Ce n’est pas logique que quelqu’un qui a refusé de parrainer la candidature de Macky Sall dirige le comité électoral. Nous avons donc dit au niveau du parti que ce n’est pas la bonne approche. S’il veut soutenir la candidature de Macky Sall, c’est son droit. Mais on ne peut pas dire qu’il n’y a que lui qui est capable de diriger le comité électoral. Alors nous l’avons refusé.
Qu’est-ce que votre coalition a fait pour réunir les tendances de la mouvance présidentielle à Ouakam ?
A ma connaissance, il (le maire) n’est pas encore de Benno. Il a son propre mouvement. Cependant, je pense que nous irons aux Locales sous la bannière de Benno bokk yaakaar. D’ailleurs, nous avons commencé à travailler main dans la main pour regrouper toutes nos forces et avoir un seul candidat, une seule liste. Parce que pour nous, l’avenir appartient aux grands ensembles et non aux échappées solitaires. Si nous voulons gagner les élections locales, il faudrait que nous soyons unis et forts. L’expérience a d’ailleurs montré qu’en 2014, on avait perdu les élections parce qu’on y était en rangs dispersés. Nous devons aussi éviter la floraison des listes.
Le projet du Président de supprimer le poste de Premier ministre est-il pertinent ?
Je suis en phase avec le président de la République parce que c’est lui que les Sénégalais ont élu. En sept ans, il a fait des réalisations importantes. Aujourd’hui, il s’est rendu compte qu’il peut faire plus. Pour éviter les goulots d’étranglement, il a voulu supprimer le poste de Premier ministre pour être en contact permanant et direct avec ses administrés, les ministres, les directeurs généraux et l’Administration. Le Président n’a pas demandé seulement de supprimer le poste de Premier ministre puisqu’il a aussi lancé une série d’initiatives comme un projet de 100 mille logements sociaux, une économie numérique et solidaire, mais aussi le projet zéro déchet…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here