PARTAGER

Idrissa Seck est dans la «réflexion constructive» pour le Sénégal d’après 2024. C’est la conviction du responsable départemental de Rewmi à Vélingara qui répond aux critiques sur le silence de son leader. Habibou Sabaly considère que le Rewmi, malgré les apparences, est «attractif» et cherche à conquérir le pouvoir.

Peut-on dire qu’à défaut d’être attractif au niveau national le Rewmi semble l’être dans le département de Vélingara ?
Depuis un certain temps, nous sommes en train de reprendre le terrain politique parce que le Covid-19 avait bloqué nos activités. Nous avons repris le contact avec des gens avec lesquels nous étions en négociation dans le département, mais surtout dans la commune de Vélingara. Depuis le 5 octobre, nous sommes en train de recevoir tous ces citoyens qui ont accepté de nous rejoindre, parmi lesquels un militant du parti de l’avocat Doudou Ndoye, Méta Baldé, et ses fidèles. Le Rewmi n’a jamais cessé d’être attractif à Vélingara comme sur le plan national. C’est que nous ne faisons pas trop de bruit, comme nous l’a recommandé le président Idrissa Seck. Il nous a demandé d’être aux côtés des populations, à leur écoute, de recueillir leurs préoccupations et de les transmettre au Parti.

Qu’est-ce qui explique ce silence de Idrissa Seck, surtout sur des sujets tels que les inondations, le 3ème mandat, le pétrole, le foncier etc. ?
Le président Idrissa Seck s’était déjà prononcé sur les questions des inondations, du foncier, du Covid-19. Il n’a plus intérêt à s’y épancher à tout bout de champ. Ce serait une répétition. Pour la pandémie, il a répondu à l’appel du chef de l’Etat et donné des instructions à toutes les sections communales du Rewmi pour se solidariser des populations et respecter les directives des autorités sanitaires. Aujourd’hui, Idrissa Seck est dans la réflexion constructive pour le Sénégal d’après 2024. Il est en train de se pencher sur les voies et moyens de sortir ce Sénégal de ce sous-développement. Et il est conscient qu’en 2024, certaines données qu’il tient dans son programme de développement pour le Sénégal vont changer, sont à réadapter aux exigences de l’époque. Le programme de notre parti est une référence pour ceux qui veulent savoir ce qu’il pense des différents sujets qui agitent le Sénégal. Il n’a jamais abandonné les populations ni quitté la réflexion pour le Sénégal.

La date des prochaines élections n’est toujours pas connue. Quelle est la position de Rewmi sur ce sujet ?
La question du report ou non des Locales a fait l’objet de discussions dans ce dialogue-là. Mais la position de principe du Rewmi est qu’il faut aller dans le sens d’auditer le fichier et tout le processus électoral. Si on n’arrive pas à le faire, je crois qu’il n’y a aucun intérêt à aller à des élections dont l’issue va créer encore des blocages politiques parce que les élections seront truquées. Toute la classe politique doit se battre pour que le fichier soit audité et que nous ayons un large consensus autour de ces échéances. Cela étant, je crois, et çà c’est une position individuelle qui n’engage pas le parti, qu’il serait judicieux de travailler pour l’audit du fichier électoral, se donner le temps de faire un bon travail et repousser les Locales jusqu’en juin 2021.

Idrissa Seck, proche de Macky Sall ou opposant radical ?
Le président Idrissa Seck dirige un parti politique qui est arrivé 2ème à la dernière Prési­dentielle. Le Rewmi continue à nourrir des ambitions présidentielles. Si nous partons de ce seul postulat, on peut considérer que le Rewmi est un parti d’opposition assez sérieux. Radical ? C’est une autre affaire.

Quelle est la stratégie de conquête de Rewmi pour les prochaines élections locales ?
Il faut dire que sur l’ensemble du territoire national, il y a des difficultés dans la gestion des communes. Le département de Vélingara n’est pas en reste, surtout la commune chef-lieu de département. Ici, les difficultés sont si énormes qu’un individu, quelles que soient ses compétences, une formation politique, quelles que soient ses ressources humaines, ne peuvent arriver à bout des problèmes nés de la mal-gouvernance municipale. Ces problèmes ont pour noms litiges fonciers, manque d’assainissement, pauvreté des ménages, éclairage public. Il faut déjà une large coalition de partis pour que tous les fils de Vélingara se donnent la main pour combattre cette mal-gouvernance qui sévit dans la commune depuis plus de 15 ans. C’est pourquoi le Rewmi considère que pour l’intérêt des populations de Vélingara, il ne peut pas y aller en solo, il le fera avec toutes les forces politiques avec lesquelles il peut s’entendre sur un minimum de préalables et de code de conduite. Pour ce qui concerne le bien-être des populations de Vélingara, le Rewmi transcende les partis. Nous allons discuter avec tous les responsables politiques qui ont les mêmes ambitions et déterminations par rapport au développement de la commune et du département, pour que nous constituions ensemble une large coalition pour combattre l’équipe qui est là depuis plus de 15 ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here