PARTAGER

A Yoff, le duel Diouf Sarr-Cissé Lô a tourné en faveur du premier qui a été reconduit alors que le second a publiquement demandé l’entrée dans le gouvernement de l’ancien Dage de la Présidence, Abdoulaye Ndour. Adjoint au maire de Yoff, Ibrahima Fall s’en réjouit et livre son analyse après la mise en place de l’équipe gouvernementale.

Quelle lecture faites-vous de la mise en place du nouveau gouvernement ?
Je dois d’abord me féliciter de la mise en place de ce gouvernement dans la sérénité et le calme que l’on reconnaît au Président Macky Sall. C’est une des qualités du chef de notre leader. On nous avait habitués à des formations de gouvernement dans le folklore. Aujourd’hui, il n’en est rien. Lorsque l’on a publié le décret de nomination des membres du gouvernement, beaucoup d’analystes ont vite déchanté. Les gens s’attendaient à un gouvernement de politiciens, donnant l’impression que c’est un partage du gâteau. Nous avons un gouvernement resserré autour de l’essentiel et qui obéit à plusieurs critères dont le principal est l’équité territoriale. Ce gouvernement répond à deux logiques. La première est que le Président Sall sait qu’il a été élu sur la base de son bilan. Il compte poursuivre cette œuvre, mais en accélérant la cadence. La seconde concerne la création de l’espoir, illustrée par le programme de ce quinquennat, «liggeyal eleuk».

Quelle est la pertinence de la réforme annoncée sur la suppression du poste de Premier ministre ?
Je ne peux pas trop m’étendre sur cette réforme parce que je n’ai pas encore vu l’exposé des motifs. Cependant, cela entre en droite ligne avec ce que le Président avait dit dans son discours d’investiture. Il avait déclaré qu’il fera en sorte que tous les goulots d’étranglement, les zones de ralentissement qui bloquent le travail, empêchent l’accélération des investissements, soient enlevés et déplacés. C’est le modèle «fast track». Le but est que les populations se retrouvent et que leurs besoins soient rapidement satisfaits. Le Président vient de terminer un septennat. S’il décide aujourd’hui de supprimer la Primature, c’est parce qu’il a eu suffisamment de recul pour le faire.

Le Président Macky Sall n’est-il pas en train de semer les germes de la division dans son propre parti, l’Apr, en écartant du gouvernement certains hauts responsables ?
Tout le monde ne peut pas être dans le gouvernement. Les gens ont tendance à oublier que c’est Macky Sall qui a été élu et qui bénéficie de la confiance des Sénégalais. C’est donc lui qui choisit les hommes avec qui il travaille. Nous lui faisons confiance et l’attelage gouvernemental actuel est une très bonne équipe qui va travailler très rapidement à aboutir à des résultats concrets. Mais la politique est ainsi faite. elle est une gestion éternelle des frustrations. Mais le parti va gérer ces frustrations qui sont du reste normales. On les comprend, mais cela ne doit pas être un objet de chantage. Ce n’est pas encore terminé. Peut-être que le Président a besoin d’eux ailleurs.

Pour certains analystes, Amadou Ba, aujourd’hui ministre des Affaires étrangères, a été sanctionné pour ses supposées ambitions présidentielles. Partagez-vous cet avis ?
Pas du tout. Macky Sall est le seul maître à bord. Il connaît ses hommes et à chaque moment, il sait comment il peut faire des permutations. Encore une fois, c’est Macky Sall qui a été élu. Si Amadou Ba était sanctionné, il aurait quitté le gouvernement. C’est une appréciation du moment de la part du Président de le mettre aux Affaires étrangères. Sidiki Kaba était dans le dernier gouvernement ministre des Affaires étrangères et cela ne l’a pas empêché de travailler sur le plan politique avec des résultats probants à Tambacounda.

A Yoff, Moustapha Cissé Lô a demandé au Président Sall de nommer Abdoulaye Ndour dans le gouvernement. Finalement, c’est Abdoulaye Diouf Sarr qui a été reconduit. Qu’est-ce que cette situation vous inspire ?
Pour rappel, lors du naufrage de l’Apr à Dakar en 2014, seul Abdoulaye Diouf Sarr était le rescapé dans la commune de Yoff. Depuis lors, le score ne cesse d’évoluer. Diouf Sarr a beaucoup contribué à la massification et à l’essor du parti, surtout à Dakar. Il continue à bénéficier de la confiance du président de la République. Nous sommes très satisfaits de sa reconduction. Maintenant, les gesticulations de Moustapha Cissé Lô, ses déclarations à l’emporte-pièce ne dictent pas les choix du Président Sall. Dans la commune de Yoff, le responsable administratif et politique s’appelle Abdoulaye Diouf Sarr.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here