PARTAGER

Le président du Parti nouvelle génération (Png) exige la libération de Guy Marius Sagna et Cie. Mamadou Lamine Thiam qui milite dans la banlieue est, par ailleurs, convaincu que Aliou Sall, qui ne devrait pas être libre, ne sera pas inquiété dans l’affaire Petro Tim. Il dit également ne pas être surpris par l’arrestation de Boughazelli.

L’activiste Guy Marius Sa­gna et ses camarades ont été arrêtés et envoyés en prison pour avoir manifesté devant les grilles du Palais présidentiel. Vous l’approuvez ?
On ne peut pas l’approuver puisqu’il y a une sorte de deux poids deux mesures. Rappelez-vous qu’il y a quelque mois, des militants de l’Apr se sont retrouvés devant les grilles du Palais pour des contestations politiques. Ils ont été arrêtés mais aussitôt relâchés. Par conséquent, nous demandons la libération de Guy Marius Sagna et les autres parce que ce sont des citoyens et, donc, ils ont le droit de manifester comme le dispose la Constitution. Qui plus est, ils protestaient contre la hausse injustifiée du prix de l’électricité.

Le maire Aliou Sall a été récemment entendu par le juge dans l’affaire Petro Tim. Cela vous rassure-t-il quant à la suite du dossier ?
A l’heure où je vous parle, Aliou Sall ne devrait même pas être libre. Il a la chance d’être le petit frère du chef de l’Etat. Une autre personne à sa place serait aujourd’hui sous les verrous en attendant son procès. Aliou Sall a été pris la main dans le sac et continue de vaquer à ses occupations comme si de rien n’était. Aujourd’hui, cela nous pousse à ne plus avoir confiance à notre justice. Et d’ailleurs notre parti, le Png, a décidé de combattre les imposteurs qui viendront ailleurs pour venir salir notre département. Nous ne l’accepterons plus. Désormais quiconque veut diriger Guédiawaye devra faire l’objet d’une enquête de moralité. Aujourd’hui Aliou Sall s’est tiré une balle dans le pied. Par conséquent, il ne devrait même pas se présenter aux prochaines élections locales dans notre département. Nous ne ménagerons aucun effort pour reprendre notre mairie qu’il nous a confisquée avec l’appui des certains responsables complaisants du département.

En parlant justement de justice, le rapport de l’Armp a épinglé certaines organisations de l’Etat. Espérez-vous des suites judiciaires ?
L’Armp, une structure à part entière, épingle des responsables qui gèrent des fonds publics. Malheureusement, nous avons un Etat où règne le grand banditisme avec toutes sortes de délits. Aujourd’hui le régime de Macky Sall est un régime loin d’être exemplaire en matière de gouvernance. J’entends des gens dirent que le président de la République, après 7 ans au pouvoir, est sur le bonne voie. Non ! Nous avons un Président qui est là pour gérer l’intérêt des Français et bien sûr de sa famille. Les Sénégalais sont fatigués. L’électricité a connu une hausse et l’eau pourrait suivre. Et c’est surtout ceux qui habitent la banlieue dakaroise qui en pâtiront. L’Etat nous impose la misère, mais en 2024 nous espérons finir avec ces autorités qui ont pris en otage tout un Peuple.

En tant que responsable politique dans la banlieue, quelle lecture faites-vous de l’affaire Boughazelli ?
J’avoue que cela ne nous surprend pas. C’est quelqu’un qui était plus connu dans les navétanes et simb gaïndé. Alors, subitement s’il est devenu député et qu’il se retrouve dans ces histoires de faux billets, cela prouve que le chef de l’Etat n’avait pas fait le bon choix pour le département de Guédiawaye. Parce qu’avant de choisir quelqu’un à certaines responsabilités, je pense qu’il faut faire une enquête de moralité. Ça n’a pas été le cas pour le député Boughazelli qui ne sait ni lire ni écrire. Et beaucoup d’autres responsables de l’Apr sont des illettrés et ne sont compétents que dans les insultes. L’argent qu’il (Boughazelli) a dépensé ici, à Guédiawaye, nous avait choqués. Dans une émission télévisée, on l’a entendu dire qu’il entretenait 76 comités avec ses propres moyens alors que nous savons qu’un député gagne 1 millions 300 mille francs Cfa par mois. C’est dire que cela devrait bien nous alerter sur l’origine de sa fortune qui l’a d’ailleurs rendu célèbre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here