PARTAGER

«On ne gouverne pas un pays en instaurant la peur.» C’est la réaction du responsable de Rewmi dans la commune de Thiès aux mises en garde du chef de l’Etat contre les dérives sur le net. Mandiaye Ndiaye estime que le Président Sall devrait plutôt «commencer par sanctionner ses collaborateurs comme Moustapha Cissé Lô».

Deux mois après le lancement de la campagne de parrainage, Rewmi est-il prêt à déposer ses fiches de parrains ?
En trois semaines, le parti Rewmi a obtenu le nombre de signatures demandées et a largement dépassé le 1% des inscrits sur le fichier électoral, à savoir plus de 67 mille signatures pour pouvoir présenter notre candidat Idrissa Seck à l’élection présidentielle de 2019. La collecte de signatures n’est point un obstacle pour notre parti parce qu’il est bien représenté dans les 552 communes du Sénégal. Mais naturellement, nous continuons notre collecte jusqu’à la date butoir du jeudi 27 décembre 2018 afin de maximiser les signatures pour parer à toutes tentatives de détournement de la volonté populaire.
Depuis un certain temps, Idrissa Seck est aphone. Il a même refusé de parler politique lors du grand Magal de Touba. Ce silence n’est-il pas favorable à d’autres opposants comme Sonko ?
Aphone ? Je ne pense pas puisque le président Idrissa Seck est au contact quotidien avec les Sénégalais. Cependant, si vous faites allusion à des sorties médiatiques comme il l’a dit lors du Magal, il se prononcera sur la situation difficile à laquelle les populations font face chaque jour et présentera des solutions pour un Sénégal meilleur. Son silence ne peut point lui porter préjudice puisque les Sénégalais voient en lui un homme engagé, un patriote constant et véridique pour l’intérêt du Sénégal. Le statut de chef de l’opposition n’est pas l’objectif premier du président Idrissa Seck et la dernière élection législative en est une preuve concrète. Son ambition est de servir le Sénégal.
Vous êtes très actif dans les réseaux sociaux. Quelle lecture faites-vous de la dernière sortie du Président Macky Sall mettant en garde les dérives ?
Le Président Macky Sall est le gardien de la Constitution. Et l’article 8 dispose que chacun a le droit d’exprimer et de diffuser librement ses opinions par la parole, la plume et l’image. On ne gouverne pas un pays en instaurant la peur. Sur les réseaux sociaux, nous ne faisons que relater les faits d’une situation chaotique qui sévit au Sénégal par des écrits, des images et des vidéos sans insulte tout en apportant des solutions. Cependant, c’est un monde virtuel sur lequel quelques personnes peuvent déraper. Et sous ce rapport, nous le condamnons, mais cela ne doit pas servir de prétexte pour menacer des concitoyens en général ou des opposants. Le Président Macky Sall devrait commencer par sanctionner d’abord ses collaborateurs, notamment Moustapha Cissé Lô qui insulte à tout bout de champ.
Que pensez-vous de la pléthore de candidats thiessois à la Présidentielle ?
Le Sénégal est un pays démocratique et la pléthore de candidats thiessois à la Présidentielle ne nous dérange point. Cela montre plutôt que Thiès dispose de fils valeureux.
Abdou Fall pense que cette inflation de candidats thiessois est plus défavorable au Rewmi qu’à la coalition présidentielle. Partagez-vous son avis ?
Abdou Fall devrait faire partie de ces candidats thiessois s’il n’avait pas renoncé à ses convictions en transhumant. Ce qui fait que son analyse n’est point crédible au vu des Sénégalais. L’inflation des candidats thiessois ne saurait impacter négativement l’électorat de Rewmi et de Idrissa Seck, car nous avons toujours gagné les élections à Thiès depuis 2007, malgré tous les moyens déployés pour nous combattre. Ce qui lie les Thiessois au président Idrissa Seck est profond et rien ne peut briser cette fidélité. Et au soir du 24 février 2019, Thiès renouvèlera son attachement à son fils avec une victoire éclatante.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here