PARTAGER

A quelques heures de sa confirmation à la présidence du groupe parlementaire Liberté et démocratie, Serigne Cheikh Mbacké Bara Dolli se confie au Quotidien. Au téléphone, le député Pds de Touba revient sur la fameuse lettre pour le Plan B, son «amitié» avec Madické, son histoire avec le Pds, son cursus…

Comment avez-vous accueilli la décision de Me Abdoulaye Wade de vous désigner comme président du groupe parlementaire Liberté et démocratie ?
Je salue cette décision du Président Abdoulaye Wade. Il a l’habitude de dire «Kou def lou reuy am lou reuy» (le travail bien fait mérite une grande récompense, en wolof) parce j’étais la tête de liste de la Coalition gagnante/Wattu senegaal dans le département de Mbacké lors des Législatives de juillet 2017. En 2014, j’ai gagné dans le département lors des élections locales. Je suis le 1er vice-président du Conseil départemental de Mbacké. En 2012, j’avais gagné certes dans la commune de Touba mais perdu dans les autres localités de Mbacké. Raison pour laquelle, je n’étais pas député. Pour moi, c’est juste une consécration de ma loyauté envers Me Abdoulaye Wade. Je le remercie pour cette marque de confiance.

Pourtant vous étiez de ceux qui avaient signé la lettre pour un plan B à Karim Wade ?
Pour cette lettre, on l’avait proposée pour voir ce que Me Wade en pensait. C’était une question qu’on avait posée. Cette lettre rencontrait notre adhésion mais on n’avait rien signé. Ce n’était pas pour déstabiliser le parti, c’était juste pour poser une question. C’est de l’histoire ancienne et je ne veux pas y revenir. Le Président Wade nous connaît bien, c’est notre père. Je rappelle que je fais partie des membres fondateurs de la Génération du concret. Notre ambition est de soutenir Me Abdoulaye Wade et Karim Wade. Nous allons nous donner corps et âme pour bien représenter le Peuple sénégalais à l’Assemblée nationale en tant qu’opposition. Les Sokhna Astou Mbacké, Moustapha Diop restent dans le groupe que je vais diriger. Tout le monde est là sauf Madické Niang.

Est-ce que vous soutenez toujours l’idée d’un plan B à Karim Wade ?
Mon candidat, c’est Karim Wade. C’est le seul candidat du parti. On n’a jamais dit qu’il faut un plan B. On a posé une question et c’est tout.

On vous présente comme un proche de Madické Niang. Qu’en est-il réellement ?
Madické est un frère de parti et nous sommes des compagnons de Me Wade. Il milite à Touba. Je le clame haut et fort : Madické est un ami et cela n’a rien à voir avec la politique. Maintenant, je suis et reste un militant du Pds. Ce parti a décidé de faire de moi son président de groupe parlementaire. Je ne quitterai jamais le Pds. Si tout le monde quittait, je serais le seul à rester dans le parti. Je suis dans ce parti depuis 1996. J’ai fait 2 à 3 fois la prison. En 2000, je fus jeté en prison à la suite du sabotage d’un meeting du Parti socialiste au «Garage Dakar» de Touba. Pour les mêmes raisons, je fus de nouveau arrêté. La 3ème fois, c’était lors des dernières Législatives. Lorsqu’on donnait les résultats, j’étais en prison à la suite des saccages de bureaux de vote à Darou Khoudoss.

Quel est votre parcours sur le plan des études ?
J’ai étudié le Coran, l’arabe et le français. Sur ce dernier aspect, je n’ai pu obtenir que le certificat et ensuite j’ai arrêté. Je suis cultivateur, éleveur et à un moment donné, j’étais dans l’entreprenariat, secteur dans lequel j’ai fait long feu. Mes champs sont à Dolli.

Est-ce que vous serez en mesure de maîtriser les dossiers techniques de l’Assemblée nationale ?
Si vous avez suivi les dernières plénières de cette 13ème Législature, vous saurez que Serigne Cheikh Abdou Bara Dolli (son frère paternel) et moi, nous avons abattu un travail colossal en tant que députés dans la défense des intérêts des Sénégalais. Donc, nous serons toujours dans cette logique.

Que pensez-vous de la candidature de Madické Niang ?
Non, je ne veux pas me prononcer là-dessus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here