PARTAGER

Absent de Saint-Louis depuis plusieurs semaines, le président de la Linguère, Amara Traoré, s’est prononcé pour la première fois sur les motivations de la signature de son contrat avec l’Asc Kaloum de Guinée.

Parti pour être une conférence de presse sur le thème «Organisation fonctionnelle et activités du club» pour mettre à la disposition du public un certain nombre d’informations relatives à son fonctionnement, cette rencontre de ce jeudi a finalement porté surtout sur ce qu’il est convenu d’appeler l’affaire Amara Traoré.
Il y a quelques semaines en effet, Amara Traoré, actuel président du club fanion de la vieille ville, avait été annoncé sur le banc de l’Asc Kaloum de Guinée comme entraîneur, avant d’être finalement nommé Manager général du club de Conakry. Cette nouvelle aventure avait provoqué une vive polémique dans l’espace sportif saint-louisien en l’absence du principal concerné. Principal animateur de ce face-à-face avec la presse locale, Amara Traoré a d’abord, en guise de rappel, fait savoir que la Linguère a des statuts qui sont arrimés sur la loi sénégalaise qui n’est pas discriminatoire en matière de travail. «Mon rôle est de contrôler, d’évaluer et de faire des propositions pour garder le cap», a-t-il souligné. Avant d’indiquer que c’est le vice-président chargé des Relations avec les institutions qui participe aux réunions avec la Fédération sénégalaise de football auxquelles lui-même n’a jamais participé.

«Je vais continuer à faire ce que je fais»
Pour justifier sa posture actuelle, il a fait savoir que la Linguère a toujours eu des présidents hommes d’affaires, médecins ou autres et que c’est la première fois qu’elle a à sa tête un président technicien qui gagne sa vie par la consultance et qui continuera de la faire.
«Je vais continuer à faire ce que je fais», a tranché net l’ancien entraîneur des Lions qui dénonce une campagne orchestrée contre lui, qui a commencé après la Tabaski et s’est poursuivie avec cette affaire de l’Asc Kaloum.
Mieux l’actuel président de la Linguère a anticipé sur le futur du club en indiquant à qui voulait l’entendre qu’il sera candidat à sa propre succession à la fin de son mandat dans deux ans. «Je suis candidat à ma succession dans deux ans à l’Assemblée générale du club», a-t-il martelé, précisant par ailleurs que l’argent qu’il gagne a profité aussi à la Linguère. Et pour cette raison, il continuera dans sa lancée. D’ailleurs, ajoute-t-il, comme pour narguer ses détracteurs, il est en passe de signer un autre contrat de consultance en République islamique de Mauritanie.
A noter que malgré le vent de contestation soulevé par les anciens joueurs du club et certains Saint-louisiens anonymes, Amara Traoré continue encore de bénéficier de la confiance du bureau en attendant la tenue d’une Assemblée générale extraordinaire dans les prochains jours.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here