PARTAGER

En réunissant les acteurs à Diamniadio, Macky Sall a juré la main sur le cœur que la transparence entoure les contrats pétroliers et gaziers. Le président de la République se dit «trop conscient» de l’importance de ces ressources pour laisser le «moindre hasard porter atteinte» aux intérêts du Sénégal.

Le président de la République n’a pas ravivé la polémique sur les contrats pétroliers et gaziers dans laquelle son frère Aliou Sall est mêlé. Cette affaire aux relents de scandale, Macky Sall l’a évoquée avec beaucoup de tact. Devant les acteurs du monde des hydrocarbures, réunis hier au Centre de conférences Abdou Diouf de Diamniadio (Cicad), le chef de l’Etat a tenté de convaincre sur la transparence dans les contrats. «Il n’y a absolument aucune inquiétude à se faire sur les contrats pétroliers. Toutes les dispositions ont été prises pour réguler. Il n’y a aucun secret, tout est en ligne. Avant 2016, et comme dans la plupart des pays développés, les contrats sont faits sous le seuil de la confidentialité. De grands pays sont sortis de l’Itie à cause de cela», a déclaré M. Sall lors des concertations sur la mise en œuvre de la Loi sur le contenu local dans le secteur du pétrole et du gaz.

Dans un reportage intitulé «Un scandale à 10 milliards de dollars», la chaîne Bbc a secoué tout l’Etat sénégalais, citant dans ses investigations Aliou Sall comme ayant bénéficié de pots-de-vin dans l’attribution des contrats à la société Petro Tim en 2012. Sans nommément citer cette affaire, le Président Sall réfute : «J’ai toujours tenu à ce que les négociations des contrats avec nos partenaires investisseurs que le gouvernement entreprend soient assistées d’avocats et juristes spécialistes de ces contrats complexes. Je suis trop conscient de l’importance de ces actes qui engagent le présent et l’avenir de notre Nation pour laisser le moindre hasard porter atteinte à ces intérêts vitaux.»

Sonko, TAS, Abdoul Mbaye taxés de «prétentieux»

Si toutes ces précautions sont prises, a-t-il insisté, c’est pour avoir un Sénégal «prospère» dans la paix et la sécurité, dans la stabilité et la cohésion nationale. «Ce pays ne sera pas un no man’s land. Les droits des investisseurs seront respectés tout comme ceux nationaux seront préservés. Ce travail est pour assurer cet équilibre permanent. Je veux un Sénégal prospère, où les ressources naturelles, propriétés du Peuple en vertu de la Constitution, profitent à toutes les composantes de la Nation.
Je veux un Sénégal pour tous», a dit Macky Sall. Le Président recommande la prudence et la décence, une preuve d’humilité, à ses yeux. Sans les citer, il s’est permis de recadrer Ousmane Sonko, Mamadou Lamine Diallo, Abdoul Mbaye ou encore Thierno Alassane Sall. «Soyons réaliste ! Il n’y a pas un spécialiste qui peut dans ce domaine de façon sérieuse et honnête réclamer la maîtrise de toute la chaîne de valeurs et des corps de métiers émanant de ce secteur si stratégique. Ce serait de la pure prétention», a-t-il considéré.

patriotisme que chaque citoyen peut réclamer à juste titre, mais c’est aussi pour moi une obligation unique en tant que responsable suprême de l’Etat du Sénégal. C’est dire combien me tient à cœur la protection de l’intérêt de notre pays dans l’exploitation future de cette ressource. Ma volonté, non pas par la parole, mais à travers
des actes déjà posés et d’autres à venir, est de mettre notre pays à l’abri de convulsions symptomatiques de l’exploitation du pétrole et du gaz dans certains pays développés ou en développement», a indiqué le président de la République, selon qui «le pétrole, comme le cinéma, peut faire trop fantasmer».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here