PARTAGER

La finale de la Can U20 a été marquée par des pratiques occultes côté sénégalais. Inter­pellé sur la question, le sélectionneur des Lionceaux, Joseph Koto, s’en défend.

Le sélectionneur des U20 du Sénégal, Joseph Koto, a rejeté les accusations selon lesquelles son équipe misait sur les pratiques mystiques pour battre la Zambie en finale de la compétition. Le technicien avoue même n’avoir pas vu l’acte de Ibrahima Ndiaye en train de jeter dans les buts adversaires objet un tiré de sa chaussette.

«Je ne crois pas aux pratiques occultes mais au travail»
«Je ne l’ai pas vu. D’ailleurs, je ne crois pas à de telles choses. Si nous avions gagné la finale, les gens auraient cru que c’était grâce aux pratiques occultes. Mais, il n’en est rien. Même si vous croyez qu’on l’avait fait, c’est la Zambie qui a gagné (2-0)», a déclaré Koto à supersport.com.
Alors que le gardien zambien, Mangani Banda, plaçait son mur avant l’exécution d’un coup franc, Ibrahima Ndiaye, qui venait de remplacer Cheikh Ahmadou Bamba Kane (55e), s’est dirigé dans les buts zambiens pour y jeter un objet tiré de sa chaussette (57e). Les Zam­biens ont vigoureusement réagi pour extraire l’objet. L’arbitre burundais, Thierry Nkurunziza, qui était au cœur de l’action, a averti Ibrahima Ndiaye.

«Si le maraboutage existait, on aurait gagné la finale»
Malgré tous ces faits qui enfoncent le Sénégal, Joseph Koto se défend avec force. «Ce que je crois c’est le travail. Insistons sur la préparation de nos équipes africaines qui peuvent faire de bons résultats au niveau mondial si les moyens suivent. Nous nous concentrons maintenant sur la Coupe du monde (20 mai au 11 juin en Corée du Sud). Mais il faut cesser de croire au maraboutage. Si cela existait, le Sénégal aurait gagné la finale de la Can U20», perdue 0-2 au profit de la Zambie.
Avant cet incident, d’autres attitudes troublantes ont con­fondu les Sénégalais. D’abord durant la finale, les joueurs zambiens avaient, avant le feuilleton Ibrahi­ma Ndiaye, dénonçait Ibrahima Niane qui avait au-dessous de son serre-poignet, un talisman. L’ar­bitre le sommera de l’enlever.
Auparavant, lors de la demi-finale, les Guinéens s’étaient en vain plaints des talismans que les joueurs sénégalais échangeaient sur le terrain. En plein match, le sélectionneur Joseph Koto avait été lui aussi trahi par les caméras alors qu’il était en conversation téléphonique.

Le mauvais souvenir du crash de l’avion des Chipolopolos en 1993
Avant de faire face au Sénégal dimanche en finale de la Can U20, les Zambiens étaient préoccupés par le supposé pouvoir mystique des Sénégalais. D’ail­leurs sur les tribunes, certains supporters n’avaient pas manqué de brandir des pancartes pour dire cela n’aura aucun effet cette fois-ci. En réalité le public zambien pensait au crash au large des côtes du Gabon de l’avion des Chipolopolos qui se rendait en 1993 au Sénégal pour un match des éliminatoires du Mondial 1994.
Ce qui faire dire à la presse zambienne que les pouvoirs mystiques du Sénégal ont été exorcisés par Wedson Nyi­renda’s bolanalesa (bon dieu du football). Le Sénégal a finalement perdu 0-2 face à la Zambie.
Avec Jourdesport

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here