PARTAGER

Le port minéralier et vraquier de Bargny, qui va s’implanter sur 484 hectares, va commencer ses activités en 2021. Le Premier ministre Mahammed Dionne l’a fait savoir lundi lors de la cérémonie de pose de la première de l’infrastructure, fruit d’un partenariat public/privé, et dont le cout global de près de 290 milliards francs Cfa a été entièrement mobilisé par le promoteur Senegal Minergy Port.

Le compte-à-rebours pour l’opérationnalisation du port minéralier et vraquier (Pmv) de Bargny Sendou a été déclenché par le Premier ministre, Ma­ham­med Boun Abdallah Dion­ne. «Le port sera entièrement construit et opérationnel  en 2021 au plus tard», a fait savoir le chef du gouvernement lors de son allocution à la cérémonie de pose de première pierre de l’infrastructure, d’un «cout global de près de 290 milliards francs Cfa, qui sont aujourd’hui entièrement mobilisés par le promoteur Sénégal Minergy port». Mohammed Boun Dionne a dans sa lancée, exhorté le promoteur au strict «respect des délais ainsi que des normes de construction» qui d’après ses dires, «sera primordial et mérite d’être bien pris en considération dans la réalisation du projet».
Dionne, qui a inscrit le port minéralier et vraquier comme «l’un des plus importants projets du chef de l’Etat à travers le Pse»,  voit en la construction de l’infrastructure un facteur de résorption du chômage avec les «2 600 emplois» que va générer le Pmv lors de sa phase d’exploitation. Il sera érigé sur une superficie de 484 hectares. «Ce port aura une capacité de traitement de 7 millions de tonnes de produits en vrac et ceci dès la première année d’exploitation, et de 12 millions de tonnes dans la 3ème année d’exploitation», a noté le Pm.
En nouant ce partenariat public/privé (Ppp), l’Etat du Sénégal a en effet voulu bénéficier pleinement de sa position stratégique en s’adaptant à travers cette infrastructure, à une bonne compétitivité sur le contexte mondial, que n’offre plus le port de Dakar dont le tirant d’eau est de 13 mè­tres. «L’évolution dans les transports mondiaux par une massification des flux indispensables à la compétitivité des compagnies maritimes a amené les armateurs à mobiliser des navires de plus en plus importants ; plus de 15 mètres de tirant d’eau, qui ne peuvent plus se satisfaire des conditions nautiques existantes dans nos ports», a souligné le chef du gouvernement, tout en ambitionnant de faire du Sénégal le leader ouest-africain dans ce secteur.
Il a aussi évoqué le port en eau profonde de Ndayane qui entre dans cette logique de faire du Sénégal un hub maritime.  «Cet impératif requiert le renforcement de la plateforme portuaire de notre pays pour diversifier et améliorer l’offre et la qualité des services des transports maritimes afin de faire du Sénégal, le hub maritime de l’Afrique de l’Ouest et du Centre et ceci dans un environnement sécurisé», a précisé M. Dionne. 95% des  échanges extérieurs, estimés à 12 millions de tonnes par an de produits, se font par voie maritime,  selon le Pm, faisant ainsi du «transport maritime  un enjeu majeur du développement  national en raison de l’importance de sa contribution directe à l’économie».
«Le port minéralier et vraquier de Bargny-Sendou est le plus grand port minéralier et vraquier d’Afrique de l’Ouest. Il a pour objectif de décongestionner le port de Dakar et de recevoir des navires gros porteurs de plus de 100 mille tonnes de type Panamax qui jusqu’ici ne parvenaient pas à accoster sur les côtes d’Afrique de l’Ouest», a renseigné le documentaire vidéo projeté lors de la cérémonie. «Il servira au transport des produits en vrac et de décongestionner le port de Dakar et sa périphérie. Il sera source de richesse pour Bargny et Sendou et les autres collectivités du département de Rufisque», a noté, entre autres avantages, Alexander Zalocosta, directeur financier de Sénégal Minergy Port, promettant aussi des réalisations dans le cadre de la responsabilité sociétale d’entreprise. «Nous vous annonçons la construction d’une école, d’un hôpital et d’un centre de formation dans les métiers de la sidérurgie, de la navigation maritime et des chantiers navals», a-t-il fait prévaloir.

abndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here