PARTAGER

«Papa Amadou Sarr, titulaire d’un master en économie du développement, précédemment Directeur général du secteur financier et de la compétitivité, est nommé Délégué général à l’Entreprenariat», a révélé hier, le communiqué du Conseil des ministres.

La Délégation générale pour l’Entreprenariat devrait être bientôt déployée. Macky Sall a rendu public hier en réunion du Conseil des ministres, le nom du Délégué général de cette structure. Il s’agit de Papa Amadou Sarr, titulaire d’un master en éco­nomie du développement, précédemment Directeur général du secteur financier et de la compétitivité au ministère de l’Eco­nomie, des finances et du plan.
Pour rappel, lors du Conseil des ministres du mercredi dernier 13 septembre 2017, le chef de l’Etat avait annoncé la création, «au sein de la présidence de la République, de la Délé­gation générale pour l’Entre­pre­nariat rapide, Der/Fj». Il en avait même précisé les fonctions, en assurant que cette structure serait «dotée d’une ligne de crédits importants, exclusivement dédiée aux femmes et aux jeunes, à travers notamment la mise en place de Bourses pour l’Entreprenariat Rapide (Ber) qui seront octroyées selon des modalités assouplies». Il a décidé de doter la structure de 30 milliards de francs Cfa. Une somme considérable, et susceptible de créer un effet levier pour mobiliser jusqu’à des fonds encore plus importants.
Ces fonds sont essentiellement consacrés aux jeunes gens et jeunes filles, artisans-auto entrepreneurs, couturiers, propriétaires de salons de coiffure ou de beauté, aux menuisiers bois ou métalliques, plombiers, tisserands, cordonniers et autres petits métiers. Le chef de l’Etat et son staff sont partis du constat fait par tous, que ces acteurs sont ceux qui ont le plus de difficultés à trouver un financement pour agrandir une affaire ou améliorer une stratégie de business. Le secteur financier formel ne pensera jamais à leur accorder des crédits. Or, dans un pays comme le Sénégal, ces autoentrepreneurs sont dans des secteurs d’activité souvent très dynamiques, et qui mobilisent une main d’œuvre assez nombreuse, bien que non formée et peu qualifiée.
dialigue@lequotidien.sn

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here