PARTAGER
La Présidente de la Cese, Aminata Tall.

Le Conseil économique, social et environnemental (Cese) du Sénégal ouvre ses portes aux citoyens pendant trois jours. Cette année, ces journées sont consacrées à une réflexion autour de la gestion durable des ressources naturelles, le pétrole et le gaz en particulier.

Le Conseil économique, social et environnemental (Cese) tient depuis hier la deuxième édition de ses journées portes ouvertes. Pour cette présente édition, les conseillers ont choisi de réfléchir sur la gestion durable des ressources naturelles, le pétrole et le gaz en particulier. Selon la présidente du Cese, si l’on en arrive à parler dans certains pays de malédiction du pétrole, c’est parce que ces pays n’ont pas su mettre en place les mécanismes d’une gestion inclusive et durable de leurs ressources. Pour le Sénégal, Mme Aminata Tall nourrit un autre dessein puisque, selon elle, «bien encadrées, la découverte et l’exploitation du pétrole peuvent être un grand catalyseur du développement économique et social». La raison majeure résidant dans l’impact considérable des revenus du pétrole sur le Produit intérieur brut (Pib).
D’après les chiffres officiels fournis par l’institution, les réserves de gaz découvertes au large de Saint-Louis, à la frontière avec la Mauritanie, sont estimées à 450 milliards de m3, tandis que celles de pétrole se chiffrent à 1,5 milliard de barils. Des découvertes importantes qui pourraient changer l’économie sénégalaise, mais à condition que leur gestion soit bien encadrée. «Il s’agit de gérer et de bien gérer l’exploitation et la redistribution des ressources», indique Mme Tall qui retient des atouts en faveur du Sénégal. «Dans un contexte de démocratie apaisée, l’exploitation du pétrole et du gaz peut être une meilleure opportunité pour la mobilisation de moyens subséquents en vue d’accélérer les dynamiques de transformation structurelle de notre économie», dit-elle.
Pendant les trois jours que dureront ces portes ouvertes, des panels vont permettre aux experts et aux conseillers de se pencher sur les enjeux et les défis de ces découvertes de pétrole et de gaz. Les résultats issus de ces réflexions pourront servir de contribution additive aux travaux de la deuxième session ordinaire, indique Mme Tall devant le ministre chargé des Relations avec les institutions et le président du Cese de la Côte d’Ivoire. Bien que solennelle par moments, la cérémonie d’ouverture d’hier a été également très folklorique.
mamewoury@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here