PARTAGER

Sacré quatre fois footballeur africain de l’année, le meilleur buteur de l’histoire de la Coupe d’Afrique des nations (Can) appelle les Fédérations du continent à donner plus de chances aux entraîneurs locaux plutôt que de chercher constamment des «sauveurs» européens.

«L’Afrique doit croire aux entraîneurs africains»
«L’Afrique doit croire aux Africains», a déclaré Samuel Eto’o à Independent Online. «Il y a tellement de joueurs qui représentent leur pays au plus haut niveau, ils prennent leur retraite et obtiennent des diplômes d’entraîneur, mais ils n’ont jamais eu de chance dans leur pays. Regardez Aliou Cissé (l’entraîneur du Sénégal), il a eu une chance et il a bien fait pour son pays», a-t-il salué. Avant de préciser : «Mais c’est mon opinion et non celle de la Fédération camerounaise. Ce que j’aimerais voir, c’est plus de conviction sur le talent africain dans le coaching sur le continent. Nous pouvons faire mieux avec un entraîneur africain parce qu’il comprend mieux d’où viennent les joueurs», a poursuivi le quadruple Ballon d’Or africain.
«J’étais très fier lorsque le Cameroun a remporté la dernière Can, mais j’étais triste quand il ne s’est pas qualifié pour la Coupe du monde parce que je pensais qu’il tirerait partie de ce succès en Afrique et qu’il passerait au niveau supérieur», a déclaré Eto’o.
Parlant toujours de l’Equipe nationale de son pays, il ajoute : «C’est une équipe jeune et pleine de talent et de qualité. Elle peut aller loin. Mais les joueurs doivent travailler dur pour répondre aux normes exigées par le football international et atteindre le niveau atteint l’année dernière lorsqu’ils ont remporté la Coupe des nations. Il [le Cameroun] doit recruter un entraîneur qui peut faire progresser l’équipe en composant avec des jeunes joueurs et ceux qui ont de l’expérience. Peut-être que le Came­roun reviendra à ce niveau».
Avec Camfoot

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here