PARTAGER

Le Sénégal n’est pas en crise. Donc de l’avis de Moubarack Lô, un gouvernement d’union nationale ne se justifie pas. L’économiste et président du Mouvement pour un Sénégal émergent (Mousem) dit ne pas croire à des «arrangements politiques».

Que pensez-vous de cette rumeur sur l’éventuelle formation d’un gouvernement d’union nationale ? Moubarack Lô rejette : «Je ne pense pas que cela soit un enjeu. On n’est pas dans une crise comme au Mali ou d’autres pays.» Invité du «Grand jury» de la Rfm hier, le président du Mouvement pour un Sénégal émergent (Mousem) explique ne pas voir «l’intérêt de vouloir chercher coûte que coûte un gouvernement d’union nationale». Il dit : «L’opposition n’a qu’à s’opposer et se préparer pour 2022 (pour les Législatives). Le Sénégal doit pouvoir continuer. L’élection présidentielle est prévue en 2024 et les Législatives en 2022.» L’ancien directeur de Cabinet adjoint du Président Macky Sall d’ajouter : «Les Sénégalais veulent un gouvernement efficace qui prenne en charge rapidement les problèmes des citoyens et qui les résolve. C’est ça que les Sénégalais veulent et le président de la République est libre de choisir des gens de la Société civile ou de l’opposition qui accepteraient de rentrer dans ce gouvernement. Mais je ne crois pas à des arrangements politiques.»

Pour un mandat unique de 6 ans et le respect du calendrier électoral
Par ailleurs, le leader du Mousem milite pour le respect des calendriers électoraux. «Les Locales, il faut les tenir avant le mois de mars (2021), les Législatives en 2022 et la Présidentielle en 2024. C’est une question de principe», a-t-il dit. En outre, l’ancien conseiller en Economie du Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne affiche également sa préférence pour un mandat unique pour le chef de l’Etat. «J’ai exposé un système où vous avez un président de la République qui est élu pour un mandat unique de 6 ans et qui n’est même pas partisan parce qu’il démissionne de son parti avant de venir. Ensuite, il est choisi par les citoyens parce qu’il est parrainé avant d’être Président comme c’est le cas d’ailleurs maintenant. Après, il se met au-dessus de la mêlée. C’est le Premier ministre qui serait vraiment le chef de l’Exécutif. J’ai exposé cela dans un ouvrage en 2003», développe-t-il. Selon l’économiste Lô, ce mandat unique devrait se faire avec un Premier ministre qui exerce le pouvoir de gestion économique et sociale. «Le président de la République, son rôle est d’être le garant du bon fonctionnement des institutions. C’est un peu comme le modèle allemand, sauf que nous avons ici un président de la République qui est élu», développe-t-il. Moubarack Lô, après avoir analysé les actes de la société sénégalaise, estime que ce modèle d’élection est «bon». Il s’explique : «Le Sénégal peut avoir besoin d’un sage à la tête de l’Etat. Tel que je connais la société sénégalaise, c’est une société qui aime le consensus. C’est un peu le rôle du président de la République d’être ce garant de la stabilité, mais en même temps il nous faut des réformes et de l’engagement d’un Premier ministre.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here