PARTAGER

Le limogeage de Abdourahmane Ndiaye «Adidas» continue de secouer le monde de la balle au panier. D’aucuns, s’appuyant sur les conditions liées au départ de ce dernier, continuent à défendre l’idée selon laquelle la Fédération sénégalaise de basket «a manqué de respect» au désormais ex-coach des Lions.
A l’image de l’ancienne internationale Natalie Sagna. En effet, dans un entretien-vidéo avec le site jammjinfos.net, l’ex-meneuse des Lionnes a d’emblée dénoncé les conditions dans lesquelles «Adidas» a été débarqué du banc des Lions.
«Vraiment je n’ai pas du tout aimé la manière dont la Fédération a traité ‘’Adidas’’, qui n’est pas n’importe qui, pour avoir marqué l’histoire du basket sénégalais et africain par son talent en tant que joueur et son professionnalisme en tant que technicien, ayant servi au Sénégal et en France», regrette l’ancienne sociétaire de la Jeanne d’Arc. Qui fait un bref rappel : «D’ailleurs, cette affaire ‘’Adidas’’ me rappelle notre ancien coach, feu Bonaventure Carvalho, qui une fois a été traité de la même manière, ce qui avait révolté le monde du basket sénégalais. Donc, je sais de quoi je parle.» En clair, selon Natalie, «on devait laisser ‘’Adidas’’, qui a eu au moins le mérite de qualifier l’équipe, poursuivre l’aventure au Mondial en Chine».
Sur le profil de son remplaçant, Moustapha Gaye, l’ancienne Lionne estime qu’il a le niveau. «Tapha Gaye n’est plus à présenter. C’est un grand entraîneur qui s’est distingué chez les Lionnes en remportant plusieurs fois le trophée continental. Nous avons de bons rapports pour avoir étudié ensemble au Collège St-Michel. On se parle souvent. Mais sur ce cas précis, concernant ‘’Adidas’’, vraiment je ne partage pas sa démarche.» Et l’ancienne meneuse de s’expliquer : «D’abord, il devait savoir que ce qui est arrivé à ‘’Adidas’’ peut lui arriver un jour, car tous les deux étant des techniciens. Ensuite, au vu de son statut de président de l’Association des entraîneurs de basket du Sénégal, il ne devait pas accepter de remplacer ‘’Adidas’’ qui, il faut le dire, a été humilié par la Fédération. Son rôle étant de défendre la dignité et les intérêts des entraîneurs, Tapha devait donc refuser la proposition de remplacer ‘’Adidas’’ et se mettre à ses côtés pour défendre sa cause en dénonçant la démarche de la Fédération», a-t-elle soutenu. Avant de conclure en souhaitant plein succès aux Lionnes qui débutent aujourd’hui l’Afrobas­ket féminin que notre capitale accueille du 10 au 18 août 2019.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here