PARTAGER

Le Syndicat des travailleurs de la Justice (Sytjust) a reçu du ministre de la Justice, l’engagement de prendre «toutes les mesures et à mener les diligences nécessaires» pour satisfaire leurs revendications. Dans un communiqué, les membres de ce syndicat informe que Ismaïla Madior Fall l’a fait savoir lors d’une rencontre qu’ils ont tenue avec lui vendredi dernier.

Le Syndicat des travailleurs de la Justice (Sytjust) va-t-il voir ses revendications satisfaites par la tutelle ? En tout cas, la rencontre que ses responsables ont tenue avec le ministre de la Justice, Garde des sceaux, annonce la possibilité de trouver une issue heureuse. Dans un communiqué, le Sytjust informe que le ministre de la Justice, après les avoir écoutés, a «reconnu la légitimité et la pertinence des récriminations du syndicat». «Il a déclaré être en phase, sur toute la ligne, avec les travailleurs de la Justice», a-t-on fait savoir. A en croire ces syndicalistes, le ministre de la Justice «s’est engagé à prendre toutes les mesures et à mener les diligences nécessaires dès la semaine prochaine (cette semaine-ci)».
Dans son document, le Sytjust souligne avoir devant la tutelle «dénoncé les blocages et le dilatoire concernant l’adoption des projets de décrets qui prennent en charge les préoccupations légitimes des travailleurs de la Justice». De même, les membres de cette organisation syndicale soulignent avoir rappelé au ministre de la Justice l’obligation qui pèse sur lui «de prendre les choses en main et de veiller lui-même au suivi du dossier en impliquant directement le chef du gouvernement, le ministre de la Fonction publique et le ministre de l’Economie et des finances». Selon le Sytjust, «seule cette posture pourrait désamorcer la bombe sociale dans le secteur public de la Justice». «Les plénipotentiaires du Sytjust ont soutenu devant le Garde des sceaux que tous les réglages pour l’adoption des projets de décrets pouvaient être effectués en moins de dix jours. Dès lors, rien ne justifie le retard qui a provoqué l’exaspération des travailleurs de la Justice», a-t-on regretté.
Au sortir de cette rencontre, il a été retenu une autre réunion «entre Monsieur le ministre de la Justice et le Bureau exécutif national (Ben) du Sytjust pour vendredi prochain à la même heure et au même endroit pour assurer conjointement le suivi, l’évaluation et le contrôle de l’exécution de son engagement». Il est également prévu une autre «séance de travail entre le Ben et les services techniques du ministère de la Justice ce lundi à 9 heures pour la mise en œuvre de ce qui a été arrêté».
Il faut noter que la plateforme revendicative du Syndicat des travailleurs de la Justice tourne autour de 5 points. Le Sytjust exige du gouvernement, entre autres, «l’adoption sans délai : du projet de décret modifiant le décret n° 2010-707 du 10 juin 2010 portant organisation et fixant les règles de fonctionnement du Centre de formation judiciaire (Cfj)». Et aussi «du projet de décret modifiant le décret n°2011-509 du 12 avril 2011 portant statut particulier des fonctionnaires de la Justice, du projet de décret fixant le mode de répartition des sommes versées au titre des droits de délivrance des actes en matière civile, commerciale, criminelle, correctionnelle, de simple police, des sommes retenues sur paiements effectués dans le cadre des saisies-rémunération et d’apposition de la formule exécutoire sur les ordonnances de contrainte en matière sociale».

dkane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here