PARTAGER

Alioune Ndoye, ministre de la Pêche et de l’économie maritime, a réitéré hier à Thiaroye, banlieue de Dakar, l’option du gouvernement de privilégier la concertation afin de résoudre les différents problèmes du secteur. «Ce n’est pas par la pression qu’on arrivera à régler les problèmes. C’est à travers la discussion que les problèmes peuvent trouver une solution. Il faut que les problèmes soient posés là où ils doivent l’être», a-t-il indiqué en marge d’une visite au Centre national de formation des techniciens de pêche et de l’aquaculture (Cnftpa) de Thiaroye. Il réagissait notamment à une interpellation relative à un éventuel mouvement d’humeur de certains mareyeurs sénégalais en lien avec les difficultés du secteur. Le ministre de la Pêche et de l’économie maritime a par ailleurs insisté sur l’importance d’accroître la sensibilisation en direction des pêcheurs sur le respect des normes sécuritaires en haute mer. Une allusion à de récentes disparitions de pêcheurs partis de Thiaroye et de Saint-Louis. Au moins huit pêcheurs originaires de ces localités sont encore portés disparus à la suite probablement d’accidents survenus en haute mer.
«C’est toujours triste de constater cela. C’est difficile de perdre des pêcheurs. Il faut que les acteurs soient plus sensibilisés», a-t-il fait savoir en rappelant que le gouvernement du Sénégal était en train de développer l’usage de la géolocalisation en plus de la subvention sur le prix des gilets de sauvetage. L’adminis­tration du Cnftpa a mis à profit la visite de Alioune Ndoye pour distribuer aux étudiants du matériel scolaire acquis grâce au concours de la direction de la Pêche maritime. Des chèques devant servir au financement de bourses de formation offertes par le Conseil sénégalais des chargeurs (Cosec) ont également été remis aux étudiants bénéficiaires à l’occasion de la visite. Un autre chèque de quatre millions de francs Cfa a été remis à l’administration du centre pour le payement intégral de l’année scolaire 2019-2020 pour neuf diplômés du cycle des techniciens supérieurs inscrits à l’Institut universitaire des pêches et de l’aquaculture (Iupa). Un troisième chèque de 5,8 millions a également été remis au Cnftpa au profit de 17 étudiants pour l’année académique 2019-2020. La durée de leur formation est de trois ans. Le Cnftpa, fondé en 1963, compte pour cette année 129 étudiants sénégalais et étrangers. Il forme des agents techniques et des techniciens supérieurs et dispense aussi une formation continue.
Aps

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here