PARTAGER

Le directeur du Laboratoire de recherche sur les institutions et de la croissance (Linc), François Joseph Cabral, soutient  que «l’innovation constitue un pari» que devraient relever les pays africains pour renforcer davantage leur économie. Défendant cette position lors  du colloque international sur «innovation, productivité et croissance» ouvert hier à l’Ucad 2, le patron du Linc s’en explique : «L’innovation va permettre d’augmenter la productivité. Et de vous  soustraire des chocs. Les pays comme l’île Maurice ont investi sur des leviers qui leur permettent d’avoir  une croissance forte et durable. A l’inverse des  pays comme le Nigeria et l’Angola dont les économies dépendent des produits de base comme le pétrole, le cacao qui font qu‘ils sont exposés à la volatilité et qui ne puissent pas augmenter leur Pib.»  Selon François Joseph Cabral, les infrastructures et le capital humain constituent les nouveaux leviers sur lesquels devraient s’adosser les nations pour se construire des trajectoires économiques. Et pour lui, le Sénégal a compris cette nouvelle donne à travers  le Plan Sénégal émergent (Pse) où beaucoup d’efforts ont été consentis dans le domaine des infrastructures et du capital humain.
Organisé par le Linc, ce colloque vise, selon son directeur, à créer un espace d’échanges entre chercheurs venus de la sous-région et des autres coins du globe. Représentant le recteur de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad), Koumah Ndour, directeur de l’école supérieure d’économie appliquée, a soutenu que ce colloque revêt une importance capitale dans la mesure où elle intervient à un moment où «on note une baisse de la productivité et de la croissance au niveau des pays africains et plus particulièrement, ceux de l’Afrique  subsaharienne». La tropicalisation des modèles économiques  constitue, selon lui, des modèles à  adapter au contexte africain. Aujourd’hui, une des sessions du deuxième jour de ce colloque, sera axée sur «l’investissement public, productivité et croissance». Ce thème sera animé par le professeur Luc Savard de l’université Sherbrooke du Canada avec comme sous thème «l’impact de la construction de l’aéroport  international Blaise Diagne et la Rdia sur la demande touristique, la croissance et le bien-être au Sénégal».
ambodji@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here