PARTAGER

Réhabilité et récemment inauguré par le ministre des Sports, le stade Ngalandou Diouf de Rufisque va devoir céder 600 m2 pour l’érection du siège de l’Agence d’assistance à la sécurité de proximité (Asp). Une décision du maire Daouda Niang que les jeunes de Rufisque comptent combattre.

600 m2 ôtés du stade Ngalandou Diouf pour les besoins d’un siège pour l’Agence d’assistance à la sécurité de proximité (Asp) ! Le Conseil municipal est passé par-là en validant la proposition faite par le maire Daouda Niang lors de la session municipale du 31 octobre. Malgré une opposition de certains conseillers, la proposition est passée comme lettre à la poste.
«Le maire est autorisé à affecter un terrain de 600 m2, à distraire du Tf 350/R, pour abriter le siège de l’Agence d’assistance à la sécurité de proximité (Asp). Ledit terrain est situé dans le stade Ngalandou Diouf», lit-on dans la délibération de fin de session. «Le terrain qui fait l’objet d’affectation devra être construit et rendu fonctionnel dans un délai de 12 mois à compter de la date de signature dudit protocole, faute de quoi le protocole sera nul et non avenu», renseigne le document. Mais la date de signature n’a pas encore été retenue.

Les jeunes Rufisquois s’opposent au projet
Comme il fallait s’y attendre, les Rufisquois, notamment les jeunes, ont désapprouvé cette mesure tout en promettant de la combattre. «Quand les projets sont importants, l’Etat investit à Diamniadio. Si c’est pour des choses insignifiantes, l’Etat se tourne vers Rufisque», a lancé dépité Moustapha Diao, parlant d’un mépris à l’endroit de Rufisque.
Pour eux, le plus important c’est de renforcer le stade Ngalandou Diouf en infrastructures sportives plutôt que de le diminuer pour les Asp. «On nous avait présenté un alléchant programme de construction de terrains de basket, handball, de piscine et de logements pour des regroupements de sportifs pour plus de fonctionnalités du stade. Et à la place, on veut nous servir un siège pour les Asp», s’est désolé Omar Ciss. Même refrain chez Karim Guèye pour qui il ne manque pas d’endroit pour caser les Asp avec «tous les vieux bâtiments coloniaux qu’il y a à Rufisque».
En tout cas, pour Idrissa Ba, membre du Collectif pour la réhabilitation dudit stade, il n’est pas question que ce projet se réalise. «On s’organise et on refuse et c’est tout», a-t-il soutenu. Un mot d’ordre que comptent suivre les membres du collectif qui promettent de faire face à cette décision.
Notons que le stade Ngalandou Diouf de Rufisque a été inauguré le 6 septembre dernier par le ministre des Sports, Matar Ba. Ce nouveau bijou est doté d’une pelouse synthétique de dernière génération, d’un éclairage, d’un système de canalisation, d’une grille de protection et d’une piste d’athlétisme. La jeunesse sportive rufisquoise est restée plus de sept ans sans avoir un terrain de football aux normes internationales.
abndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here