PARTAGER

Les pays européens veulent apporter une solution à l’émigration clandestine en développant les régions de départ des migrants. C’est dans ce cadre que s’inscrit le programme «Développer l’emploi au Sénégal–Tekki fii», financé à hauteur de 26 milliards de francs Cfa par le Fonds fiduciaire d’urgence de l’Union européenne.

Pour lutter contre l’afflux de migrants à ses frontières, l’Union européenne (Ue) se tourne vers les régions d’origine de ces migrants pour y promouvoir des projets de développement. C’est dans ce cadre que s’inscrit le programme «Développer l’emploi au Sénégal–Tekki fii». Ce programme financé à hauteur de 26 milliards de francs Cfa par le Fonds fiduciaire d’urgence de l’Ue pour l’Afrique a pour objectif «d’œuvrer pour la stabilité et de lutter contre les causes profondes de la migration irrégulière et le phénomène des personnes déplacées en Afrique». Le programme qui a tenu mardi la 2ème session de son comité de pilotage a choisi d’investir dans quelques projets.
Ainsi, 8 premières entreprises ont été sélectionnées dans les régions du Nord du Sénégal pour bénéficier d’un appui du Bureau de mise à niveau (Bmn), informe l’Ue dans un communiqué. Le développement de ces entreprises induira la création de 36 emplois permanents, souligne la même source qui ajoute que dans le cadre de l’élargissement de l’accès à la formation professionnelle, 250 maîtres d’apprentissage ont été sélectionnés pour améliorer les conditions de formation dans leurs ateliers. 3 sites ont été identifiés pour la construction de nouveaux Centres de formation professionnelle et technique : à Bounkiling pour les métiers de la foresterie, Goudiry pour les métiers de l’agroalimentaire et Sédhiou pour les métiers industriels. En plus de ces initiatives, le programme met sur la table 2,6 milliards de francs Cfa pour faciliter l’accès au financement pour les Très petites et moyennes entreprises (Tpme) et les projets d’auto-emploi des jeunes dans les régions couvertes par le programme. Il s’agit de Ziguinchor, Sédhiou, Kolda, Louga, Saint-Louis, Podor, Tambacounda, Kédougou et Matam.
D’une durée de 4 ans, ce programme accompagnera 250 entreprises dans leur développement et 12 mille jeunes dans leur projet de formation et d’insertion professionnelle. Pour le vulgariser, deux caravanes vont sillonner les régions de la Casamance et du Sud-est en novembre prochain. «Elles viseront à promouvoir et valoriser les opportunités économiques locales et les réussites individuelles et proposer des alternatives à la migration irrégulière», informe l’Ue.

mamewoury@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here