PARTAGER

La vie humaine n’a pas de prix. L’Eglise catholique du Sénégal l’a bien compris. Pour protéger les fidèles chrétiens du coronavirus, elle a multiplié de grandes décisions pour interdire toutes les activités qui peuvent occasionner des regroupements.
Après avoir décidé «de surseoir au baiser de la paix» dans un premier communiqué où il a été demandé aussi aux fidèles «de recevoir désormais le corps du christ par la paume de la main», le clergé a sorti samedi dernier un deuxième communiqué pour annoncer l’annulation des pèlerinages des Journées mondiales de la jeunesse (Jmj), des kermesses paroissiales et diocésaines.
Hier, l’Eglise a encore pris des décisions draconiennes en vue de limiter la propagation de la pandémie du coronavirus. Elle a décidé de surseoir aux messes dominicales, aux chemins de croix dans les églises et les paroisses jusqu’à nouvel ordre.
Se prononçant sur les ondes de iRadio, monseigneur Paul Abel Mamba Diatta, évêque de Ziguinchor, déclare : «A compter de ce jour (hier), on suspend les offices religieux à caractère public comme la messe publique en semaine, les dimanches et les jours de précepte. Les chemins de croix publics durant ce temps de carême, les autres activités religieuses à caractère public, mouvements d’action catholique, répétitions de chorale et d’autres activités religieuses qui peuvent occasionner un regroupement de fidèles.»
Avec ces décisions des prélats, la fête de Pâques qui se profile à l’horizon et les cérémonies qui l’accompagnent risquent de ne pas être célébrées par la communauté chrétienne catholique. Mais en attendant que la situation redevienne normale, les évêques du Sénégal recommandent aux fidèles chrétiens de prier en famille.
justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here