PARTAGER
Le ministre Aly Ngouille Ndiaye.

Le Parti démocratique sénégalais ne lâche pas prise. Dans un communiqué, il demande la «démission immédiate» et «sans condition» de Aly Ngouille Ndiaye du ministère de l’Intérieur. Mais cette fois-ci, plus que cela, les Libéraux veulent «sa radiation de la fonction publique pour forfaiture». «Nous ne saurions accepter que ce partisan déclaré d’un candidat organise des élections dans notre pays», avertit le comité directeur du Pds. Il est vrai que ce n’est pas une nouvelle requête de la part de ce parti de l’opposition. Seulement, Oumar Sarr et ses camarades trouvent «scandaleuse» la déclaration du ministre de l’Intérieur dans une télévision qu’ils n’ont pas nommée. Ils rapportent : «J’ai la ferme intention de travailler pour que le Président Macky Sall gagne au 1er tour l’élection présidentielle du 24 février 2019. Pour cela d’abord, je ferai inscrire tous ceux qui veulent voter pour Macky Sall. Je m’emploierai pour qu’ils récupèrent leur carte d’électeur et je les aiderai à aller voter pour Macky Sall. Et quand je le dis, vous pouvez me croire, car même si je n’ai pas duré dans le champ politique, je ne m’engage jamais dans le vide.» Pour le Pds, Aly Ngouille Ndiaye entend «s’occupe(r) exclusivement des électeurs de l’Apr qui doivent faire réélire son candidat Macky Sall», au lieu de «faire en sorte que tous les Sénégalais puissent disposer de leur carte d’électeur».
Par conséquent, lit-on dans le communiqué, «plus que jamais, le Pds, avec l’opposition, récuse Aly Ngouille Ndiaye et exige la mise en place d’une commission nationale de quatre membres présidée par une personnalité neutre choisie par consensus pouvoir-opposition». Celle-ci aura pour mission d’«assurer le rôle de régulateur de la démocratie, d’organiser les élections, d’assurer le contrôle démocratique du scrutin devant la faillite définitive de l’actuelle Cena qui a permis la modification de la loi électorale pendant le scrutin, en violation des dispositions de la Cedeao interdisant toute modification du Code électoral à 6 mois du scrutin». Le Pds fait de ce départ de Aly Ngouille Ndiaye une «condition sine qua non d’élections démocratiques, libres et transparentes dans notre pays» et appelle «toute l’opposition à faire bloc autour cet objectif national».
hamath@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here