PARTAGER

Encadrer et coordonner le travail des établissements publics et privés de protection accueillant des enfants au Sénégal : C’est l’objectif de l’annuaire national qui est en train d’être élaboré par la Direction de l’éducation surveillée et de la protection sociale (Desps). Intitulé Annuaire des établissements publics privés de protection accueillant de jour ou en internat des enfants au Sénégal, ce document qui a fait l’objet d’un atelier de validation hier permettra aux autorités d’avoir un œil sur ce qui se fait dans ces structures. Selon la directrice de la Desps, partant du fait que l’écrasante majorité des structures accueillant des enfants en difficultés est privée, «il est bon que l’Etat, dans sa souveraineté, puisse avoir un annuaire qui permet de savoir qui est qui et qui fait quoi». D’après Mme Abibatou Siby, l’annuaire permettra aussi de voir «dans le cadre du fonctionnement de ces structures si la prise en charge de la politique publique de l’Etat est effective». Revenant sur l’importance de disposer d’un tel document, la responsable de cette direction souligne qu’il ne s’agit pas «seulement de créer une structure, de recueillir des enfants pour s’écarter de la politique publique que l’Etat a prévue». Ce qui, d’après elle, «ne ferait qu’accentuer le traumatisme de l’enfant» ; d’où l’importance de vérifier si ces établissements sont adaptés à la prise en charge des enfants en difficultés. «Ces enfants ont besoin d’une prise en charge individualisée. Un enfant témoin d’un enlèvement n’a pas le même besoin que celui qui a été victime d’un viol. Pour tout cela, il faut que l’activité de ces structures privées soit encadrée par l’Etat pour éviter des dérapages. Est-ce que les infrastructures qui accueillent les enfants sont aux normes ? Au titre des offres de services, quel type d’offre prévoit la structure ?», a-t-elle expliqué. Lors de cette rencontre, Mme Siby a précisé que la finalité est de voir comment «avancer ensemble avec les établissements privés dans le respect des règles de l’art pour éviter que des structures s’installent pour prendre en charge des enfants alors qu’elles ne sont pas préparées, elles n’ont pas le personnel qualifié et les infrastructures adaptées».
dkane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here