PARTAGER

Les Pays-Bas sont disposés à partager avec le Sénégal, leur expérience dans le domaine des hydrocarbures. Ceci, pour éviter au pays de vivre la malédiction des hydrocarbures. «Nous avons notre propre expérience des années  1960-1970 surtout dans le domaine économique. On a utilisé l’économie de cette époque-là d’une manière qu’on a créé beaucoup de problèmes économiques», a renseigné l’ambassadeur des Pays-Bas au Sénégal. Pour Theo Peters, il est important aujourd’hui, que le Sénégal profite des mauvaises, mais aussi des bonnes expériences d’autres pays, afin qu’on ne répète pas les erreurs du passé. «Il y avait des pays qui étaient dans la même situation que le Sénégal et je pense qu’il serait sage que  le pays profite de ces expériences d’autres pays», insiste le diplomate. Et de poursuivre: «Dans notre cas, on a utilisé les revenus d’une manière qu’on a créé beaucoup d’inflations, on a créé le chômage, on a perdu notre compétitivité internationale et c’était vraiment un effet très néfaste pour notre économie», confie le représentant diplomatique hollandais. Son Excellence estime qu’une utilisation rationnelle des fonds pour les générations à venir, appelle à «ne pas tout utiliser maintenant, mais aussi à créer de nouvelles industries et des opportunités  pour les futures générations». Le débat autour de la découverte des gisements pétroliers est une bonne chose, selon Theo Peters. Il trouve que le gouvernement met l’accent sur la bonne gouvernance et la trans­parence, «qui est super important pour que tout le monde sache ce qui se passe avec les revenus de l’exploitation».
Concernant le Code pétrolier en gestation, il estime que les mots clés sont l’inclusivité, la bonne gouvernance et la trans­pa­rence.
ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here