PARTAGER

Améliorer les capacités des Forces de sécurité à garantir la liberté d’expression, la sécurité des journalistes et faciliter le dialogue et la coopération entre eux : C’est l’objectif de la session de formation qui se tient depuis hier au Centre d’information des Nations unies. Organisé en collaboration avec le Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme, le bureau régional de l’Unesco pour l’Afrique de l’Ouest, l’Ong Article 19, ce séminaire sera une occasion de sensibiliser les Forces de sécurité sur l’importance d’établir des rapports professionnels avec les médias. Selon le directeur du bureau régional multisectoriel de l’Unesco à Dakar, «l’établissement de rapports plus harmonieux entre les Forces de l’ordre et les professionnels de la presse sont des éléments essentiels de toute démocratie moderne». Lors de l’ouverture de ce séminaire, M. Gwang-Chol Chang a précisé que l’objectif de garantir «la liberté d’expression et la sécurité des journalistes intervient dans le cadre du plan d’action des Nations unies sur la sécurité des journalistes et la question de l’impunité qui a été approuvé par le Conseil des chefs de secrétariat des organismes des Nations unies en 2012 et dont l’Unesco est le coordinateur».
Par ailleurs, le directeur du bureau régional de l’Unesco a fait savoir que dans le contexte sénégalais actuel, «l’accent de cette formation sera mis sur la sécurité des professionnels des médias en vue de garantir les conditions nécessaires pour la mise en œu­vre de la liberté d’expression, la liberté de la presse et du pluralisme des médias». Ceci, afin de «s’assurer qu’une forme critique du journalisme puisse avoir lieu».
dkane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here