PARTAGER

C’est certainement l’un des faits les moins bien connus des historiens sénégalais. Au titre de l’effort de guerre qui a été demandé aux colonies françaises d’Afrique, la commune de Fatick, née par arrêté général du 31 décembre 1917, a contribué à hauteur de 8 000 francs à la reconstruction de la com­mune de Pelves, dévastée pendant la première Guerre mondiale. C’est ce que révèle une correspondance datée du 28 novembre 2016 que le maire de cette localité, située dans le département du Pas-de-Calais dans le Nord de la France, a adressée au premier magistrat de la ville de Fatick.
Dans cette missive dont Matar Bâ a partagé le contenu avec les membres du Conseil municipal de Fatick hier à l’occasion du débat d’orientation budgétaire pour l’année 2017, le maire de Pelves nous replonge dans les affres de la grande guerre : «La première Guerre mondiale fut dévastatrice sur le territoire de la commune de Pelves, comme dans d’autres régions de France et d’Europe. Lorsque la guerre de 1914-1918 prend fin, une partie du Pas-de-Calais est dévastée. Sur l’ancienne ligne de front, on compte 279 communes détruites. Le Pas-de-Calais a pu bénéficier de nombreux dons en nature ou en argent venus du Royaume-Uni, d’Amé­ri­que, de Hollande, etc. Ainsi que de l’aide des colonies françaises. En 1927, le préfet du Pas-de-Calais dressa un bilan des dons et adoptions. La commune de Fatick a donc versé un total de 8 000 francs à la commune de Pelves pour la reconstruction du village», renseigne Mme Renée Comelli qui a cosigné cette lettre avec Mme Marie-Pierre Mar­chand, directrice de l’école Payen-Bacquet.
En guise de reconnaissance envers la population de Fatick et par devoir de mémoire, la municipalité de Pelves veut profiter de la commémoration l’année prochaine du centenaire de la bataille d’Arras, qui a eu lieu en avril 1917, pour établir une correspondance scolaire entre les élèves de Payen-Bacquet (école primaire de Pelves) et les élèves d’une école primaire de Fatick.
Le maire de Fatick qui s’est pour sa part très fortement réjoui de cette correspondance espère qu’elle pourra jeter les bases d’une fructueuse coopération entre les communes de Fatick et de Pelves.
ndong@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here