PARTAGER

Le président du cabinet Fawzeyni finance & invest considère que la finance islamique est plus en vue dans les pays non islamiques. En effet, explique Dame Mbaye, elle ne fait pas dans le favoritisme. «Elle est là pour tout le monde et est basée sur l’éthique et la transparence et ne cherche pas d’intérêts, mais de profits», a précisé M. Mbaye qui intervenait lors de la semaine de l’inclusion financière tenue du 14 au 23 novembre 2019. L’importance de cette finance, dit-il, a été marquée depuis la crise de 2008. Les gens ont remarqué que seule cette structure était debout. «Le soubassement était la charia islamique. En effet, tout est organisé dans la charia islamique et le client y trouve son compte. Par conséquent, la finance islamique n’est pas l’apanage des pays islamiques. Ce sont des pays non islamiques qui s’activent le plus dans cette finance-là», informe-t-il, en soutenant que «l’inclusion financière ne peut se faire qu’avec la finance islamique». Dame Mbaye en veut pour preuve «l’exemple de l’Angleterre où l’on voit Londres devenir la plus grande place de la finance islamique». Selon lui, ce qui intéresse les gens, c’est comment se fait l’investissement dans l’islam. En brandissant l’éthique et la transparence, le président n’a pas manqué d’annoncer le grand sommet en vue pour faire connaître l’assurance islamique en 2020, auquel prendront part plus de 1 500 délégués.
Cependant, souligne le spécialiste en finance islamique, l’image de la finance islamique est ternie par les actes posés par les terroristes. «La notion de finance islamique peut déranger à cause des actes malheureux qui se passent dans le monde et qui sont parfois assimilés à l’islam. Le terrorisme est du fanatisme pur et dur. Donc, il n’a rien à voir avec l’islam. Quand les gens entendent finance islamique, ils pensent à des choses occultes, alors que cela n’a rien à voir», a déploré le président de Fawzenyni finance & invest. Laquelle structure évolue dans la promotion de la finance islamique et le «Taka­ful» au Sénégal et en Afrique francophone. L’assurance «Takaful» est définie comme étant «un produit financier. Sa caractéristique principale est sa conformité aux exigences morales telles que régies par la loi religieuse, la charia». «L’assu­rance islamique n’est pas ‘’haram’’.  Ce qui est ‘’haram’’ dans l’assurance conventionnelle ne l’est pas dans l’assurance islamique», selon  le président de Fawzenyni finance & invest.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here