PARTAGER

Les agents du Crédit mutuel du Sénégal (Cms) sont sortis de leurs gonds. Ainsi, ils ont tenu une conférence de presse pour dénoncer de vive voix les difficultés auxquelles ils sont confrontés dans leur secteur d’activité. Ainsi, ils réclament le versement de leurs primes, le rétablissement de leurs organes statutaires.
Selon Oumar Nganghé, Secrétaire général du syndicat des délégués du personnel, le Crédit mutuel se porte très bien. C’est une institution très rentable. Le seul problème auquel il reste confronté, est, à son avis, celui d’une mauvaise gouvernance. «Nos sociétaires nous font confiance et ils viennent prendre des crédits.  Il y a plus d’épargne qu’il y a 10 ans», a-t-il fait savoir.
Abondant dans le même sens, Mansour Ba, également délégué du personnel, dénonce le fait que le Cms est sous administration provisoire depuis le 20 juin 2017. Et pour montrer leur désapprobation face à une cette situation, le collège des délégués avait envoyé un courrier à la tutelle pour un apaisement afin que les injonctions soient portées par l’ensemble des salariés. Depuis lors, poursuit M. Ba, un projet de révision du code de la relation d’entreprise a été fait mais jusqu’ici, il est resté sans suite.
Les travailleurs disent avoir saisi l’inspection du travail au sujet de cette question, et ils en ont reçu un certificat de non-conciliation qui leur a donné raison.  C’est pourquoi, souligne-t-il, la question a été portée à la Direction du travail et de la sécurité sociale où ils ont déposé une plateforme revendicative
Les travailleurs ont également dénoncé le mutisme des autorités de tutelle. Car, ajoutent-ils, des questions particulières et qui sont confinées dans les accords d’entreprise, notamment dans les articles 11 et 12 concernant le paiement des primes de mission mais également de productivité pour les exercices 2016 et 2017, sont jusqu’ici insatisfaites.
bseck@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here