PARTAGER

L’Association pour le développement de Djinaky (Add) réclame vivement une ambulance médicalisée pour l’évacuation des malades graves de la commune de Djinaky qui vient d’enregistrer son premier cas positif au coronavirus.

L’Association pour le développement de Djinaky (Add) a remis le week-end dernier un important lot de masques aux chefs de village de la commune de Djinaky. Une façon pour cette association, qui avait déjà distribué des gels antiseptiques, de participer à la riposte contre le Covid-19 dans la commune de Djinaky qui vient d’enregistrer son premier cas positif au coronavirus. L’occasion a été saisie par l’Add pour réclamer une ambulance médicalisée. Il s’agit là d’une vieille doléance réactualisée dans ce contexte de la pandémie du Covid-19. En effet, l’évacuation des malades de la commune est une véritable préoccupation pour le district sanitaire qui polarise 8 postes de santé. «Pas une seule ambulance dans ma commune qui compte plusieurs postes de santé. Les promesses de l’Etat tardent à se concrétiser», regrette le président de l’Add, Youssouf Diédhiou, à l’issue de la cérémonie de remise de masques aux chefs de village de la commune de Djinaky.
Chef-lieu de la commune, le village de Djinaky espère du ministère de la Santé et de l’action sociale, au moins, une ambulance médicalisée. L’appel de l’Add s’adresse aussi aux bonnes volontés et autres Ong. «Cela peut nous aider à prendre en charge les malades. Tous les cas graves sont évacués à Ziguin­chor. Pour cela, il faut faire appel aux ambulances qui viennent de Diouloulou ou de Bignona», renseigne M. Dié­dhiou.
Avec le soutien des populations, l’Add a réalisé d’importantes infrastructures socioculturelles dont la Case des tout-petits en dur, une bibliothèque, une participation active à la construction du poste de santé bâti avec l’appui de la Coopération française et un complexe socioculturel qui est en cours de réalisation. Pour la finalisation de ce complexe, l’Add souhaite l’accompagnement des autorités régionales et étatiques. «S’il y a des organisations qui nous accompagnent dans cette finition, nous sommes preneurs», fait savoir Youssouf Diédhiou qui interpelle le ministère de la Culture et de la communication.
Porteur du projet, l’Add mobilisait jusqu’ici des ressources à travers les participations de ses membres et les congrès qu’elle organise annuellement. Corona­virus oblige, il n’y a pas eu de congrès cette année alors que les ressources existantes sont utilisées pour soutenir les populations et prévenir le Covid-19. Ce qui a bloqué l’achèvement des travaux du complexe culturel.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here