PARTAGER

Le ministre de la Communication et des télécommunications, Abdoulaye Bibi Baldé, a annoncé hier la mise en œuvre de la stratégie Sénégal numérique 2025, afin de promouvoir le digital au Sénégal. Il présidait hier l’ouverture de la 2e édition du Dakar digital show.

Mettre en œuvre la stratégie Sénégal numérique 2025, c’est l’une des ambitions du tout nouveau ministre de la Com­munication, des télécommunications, des postes et de l’écosystème pour promouvoir le digital. Ce, afin que les Sénégalais puissent connaître l’importance du digital dans l’économie numérique. «Ce qu’on compte faire, c’est mettre en œuvre la stratégie Sénégal numérique 2025 pour promouvoir le digital. C’est une stratégie validée par les autorités au plus haut niveau. Et donc avec l’ensemble des acteurs, le Sénégal va développer l’industrie numérique», annonce Abdoulaye Bibi Baldé. A l’en croire, cela va valoir beaucoup de satisfaction avec l’innovation qui va permettre aux entreprises d’avoir des gains de temps et en matière de productivité. «C’est vraiment important pour soutenir la compétitivité, surtout sur le plan international. Nous avons vu des applications, des startups qui se tournent vers le commerce, notamment vers l’exportation. Et je pense que c’est la clé pour des devises, pour réduire notre balance commerciale», ajoute M. Baldé. Dans tous les domaines économiques, «le digital est en train de faire des percées significatives», a-t-il dit hier lors de la cérémonie d’ouverture du Dakar digital show.
Un évènement que M. Baldé a magnifié. «C’est une plateforme d’échanges qui met en relation tous les acteurs. Et nous avons été agréablement impressionnés par la qualité des startups. Et je pense que les entreprises de façon générale ont deux problèmes structurels que la technologie est en train de régler : c’est celui du financement et celui des débouchés», explique l’ex ministre de l’Environnement et du développement durable. «On a toujours considéré que les télécoms étaient un secteur traditionnel de croissance économique. Et cela a été démontré. Mais de plus en plus, c’est un secteur moderne de croissance économique et à cause évidemment de l’avancée technologique», assure le ministre. C’est l’innovation technologique, selon lui, qui permet effectivement d’améliorer la productivité et donc de produire à moindre coût, d’avoir des marques en termes de croissance, de valeur ajoutée et de création d’emplois. «Nous sommes vraiment satisfaits en tant que gouvernement. Je pense que beaucoup de réformes qui prennent du temps et qui sont coûteuses peuvent être abrégées avec l’avancée de la technologie dans des secteurs clés comme le transport, l’infrastructure dans les énergies etc.», soutient Abdoulaye Bibi Baldé.

Progression de la pénétration du mobile en Afrique
Dakar digital show 2017 se tient sur 2 jours. Il a pour thème «Des innovations de rupture». Cette deuxième édition, lit-on dans un document, veut consolider les acquis de la première, en étant le point de rencontre privilégié de l’univers de la production numérique de l’Afrique dans un contexte de digitalisation avancée d’une économie émergente. En 2017, «l’Afrique connaît un boom de la connectivité et des modes de consommation digitaux. Le groupe Sonatel apporte naturellement sa contribution à cette grande dynamique avec cette seconde édition du Dakar digital show, 1er salon ouest-africain sur les contenus et le digital», mentionne le document de presse. Le Dakar digital show a pour objectifs d’une part de développer une véritable plateforme de rencontres B2B en fournissant aux professionnels du secteur un contexte d’échanges pour mettre en lumière les perspectives de business et, d’autre part, de réunir les acteurs du secteur du digital et des contenus de l’Afrique et du monde entier.
L’occasion a été saisie par le directeur général de la Sonatel, Alioune Ndiaye, pour revenir sur les éléments de la révolution digitale. Selon lui, le taux de pénétration du mobile à l’échelle du continent africain est de 74%, il passera à 85% en 2020. «La pénétration des smartphones est aussi impressionnante. Nous estimons, dans le périmètre orange leader africa, que nous atteindrons 70% de smartphones en 2021», dira M. Ndiaye. Avant de faire valoir que le trafic internet augmentera de 66% en moyenne annuelle d’ici 2020. Aussi, avec les nouveaux modes de paiement via le mobile, et les nouveaux modes de paiement via la technologie, le e-commerce et le m-commerce connaissent un vrai potentiel de développement sur le continent.
mfkebe @ lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here