PARTAGER

«Une levée d’office du mandat de dépôt concernant le député Khalifa Sall» : C’est la demande formulée par la Ligue sénégalaise des droits de l’Homme (Lsdh) dans un communiqué. L’organi­sation de défense des droits humains, dirigée par Me Assane Dioma Ndiaye, fonde sa demande sur le fait «que conformément à la Constitution, la souveraineté nationale appartient au Peuple qui l’exerce par le biais du suffrage direct ou indirect et que toutes les personnes investies d’un mandat issu du suffrage universel doivent être mises dans les conditions d’exercer pleinement leurs prérogatives, sauf déchéance légale». Selon Me Assane Dioma Ndiaye, «de simples indices ou présomptions graves et concordantes, bases de l’inculpation de Monsieur Khalifa Ababacar Sall en l’absence d’une culpabilité avérée et reconnue, ne sauraient anéantir un mandat représentatif librement consenti par les citoyens dans le cadre d’élections républicaines».
Par ailleurs, la Ligue sénégalaise des droits de l’Homme, dans son document, «regrette les violations répétées des droits de M. Khalifa Sall». Entre autres violations, Me Ndiaye et ses camarades parlent de «privation du droit de faire campagne, privation du droit de vote, restrictions des droits à la visite et obstructions à des détenteurs de permis régulièrement délivrés par le juge d’instruction en charge du dossier».
dkane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here