PARTAGER

Il n’a pas changé ! Malgré l’élection, malgré les polémiques et malgré l’investiture qui approche, Donald Trump a livré une première conférence de presse hallucinante, loin de son discours de gagnant, en novembre, où il apparaissait apaisé. Des invectives, des effets de manche, des déclarations grandiloquentes, voire mégalo… Ce mercredi 11 janvier, le président élu a retrouvé ses accents de campagne. Il faut dire qu’il a dû répondre à une multitude de questions embarrassantes, sur la Rus­sie, les informations compromettantes sorties le jour même, ses affaires et ses impôts… Donald Trump a répondu dans une ambiance tendue.
Le milliardaire s’en est violemment pris aux médias qui ont publié la note confidentielle le mettant en cause, Buzzfeed, qualifié de poubelle, ou CNN, refusant de prendre la question de l’un de ses journalistes.
Parmi les déclarations les plus saillantes, Trump a reconnu que le piratage du camp démocrate pendant la campagne venait sans doute des Russes, mais a nommément mis en cause la Chine pour d’autres piratages. Il a affirmé qu’Obamacare serait abrogé et a redit que le fameux «mur» à la frontière mexicaine serait construit et payé par les Mexicains. Il a aussi officiellement passé le relais de son entreprise à ses fils, qui seront «virés» si à l’issue de cette charge, ils ont failli.
Après une heure de conférence de presse, Donald Trump aura beaucoup esquivé. Et s’est montré finalement à peine plus disert que sur son canal de communication favori : son compte Twitter.
lepoint.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here