PARTAGER

C’est une mère et son fils, qui ont comparu hier devant le Tribunal correctionnel de Dakar. Abdoulaye Sylla et sa maman répondaient respectivement pour trafic de drogue et complicité. Ils risquent 5 et 4 ans de prison. Ils seront fixés sur leur sort le 19 octobre prochain.

L’amour qu’une mère porte pour son enfant l’amène souvent à le protéger même s’il est dans l’illégalité au prix de sa vie. Si la dame Aminata Khary Guèye croupit depuis plus d’un an en prison, c’est à cause de son fils Abdoulaye Sylla. En fait, quand elle a vu les policiers l’interpeller avec ses deux amis, elle avait les boules. Pour voler au secours de son rejeton, elle ne s’est pas privée de dissimuler le sachet de drogue que son fils avait caché dans sa chambre. Arrêtés, ils comparaissaient hier devant le Tribunal correctionnel du Tribunal régional hors classe de grande instance de Dakar. Abdoulaye Sylla répondait du chef d’offre et cession et sa maman de complicité de ce chef. Ses amis Demba Ndiaye et Lamine Cissé, qui ont brillé par leur absence au procès, sont poursuivis pour détention et usage de chanvre indien.
Les faits remontent au 11 juin 2016 à Rufisque. Informés de l’existence d’un intense réseau de trafic de drogue, les policiers ont fait une descente sur les lieux après la prière du soir. C’est ainsi qu’ils ont trouvé Abdoulaye Sylla avec ses deux amis en train de fumer. La fouille corporelle opérée sur eux a permis de trouver un flacon contenant de la drogue par devers Abdoulaye Sylla. Au moment où certains policiers voulaient rebrousser chemin, l’un d’eux a poursuivi les fouilles. Il voulait entrer dans la chambre du mis en cause pour voir s’il y avait de la drogue. C’est sur ces entrefaites que sa mère Aminata Guèye a jeté un contenant de la drogue sur le toit de l’enclos des moutons pour tromper la vigilance des limiers. Malheureu­se­ment, elle a été aperçue par un autre policier, qui suivait la scène à travers la fenêtre. Après vérification, ledit sachet contenait 2 kg de chanvre indien.
Depuis l’enquête jusqu’à la barre du Tribunal, Abdoulaye Sylla n’a pas varié dans ses déclarations. Il a reconnu sans ambages être un trafiquant de chanvre indien. Un acte que ce chauffeur justifie par la conjoncture actuelle. «Je suis le seul soutien de ma famille et je ne gagne rien avec mon métier. C’est pourquoi je me suis adonné au trafic de chanvre pour aider mes parents», s’est-il justifié devant la barre. Sa maman, qui avait nié les faits de complicité, a fini par reconnaitre qu’elle a jeté le sachet contenant de la drogue sur le toit de l’enclos. «J’étais sortie et quand je suis revenue, j’ai vu mon fils et ses amis, qui étaient menottés par les policiers. J’ai eu peur. Quand j’ai vu le policier entrer dans la chambre, j’ai pris le sachet que j’ai jeté sur le toit», a-t-elle avoué. «Quand tu as vu ton fils s’activer dans le trafic pourquoi tu ne lui a pas interdit ? Mais tu l’as aidé à détruire les enfants d’autrui qui peuvent être utiles à la société», tonne le représentant du Par­quet, qui a requis 5 ans ferme contre Abdoulaye Sylla et une amende de 500 mille francs, 4 ans ferme contre Aminata Guèye et une amende de 300 mille francs et 2 mois ferme contre Demba Ndiaye et Lamine Cissé et une amende de 30 mille francs.
L’avocat de la défense a sollicité une application bienveillante de la loi pour Abdoulaye Sylla. Car, dit-il, «il a fait amende honorable en reconnaissant sa faute et en demandant pardon». Pour sa mère, il n’y a pas de complicité, dit-il, en plaidant la relaxe. La décision sera rendue le 19 octobre prochain.
justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here