PARTAGER

La Banque islamique de développement veut contribuer à la lutte contre la pauvreté des populations et l’insécurité alimentaire au Sénégal. Pour cela, la Bid a déboursé une enveloppe de 18 milliards de francs Cfa pour le financement du Projet pour le développement durable du pastoralisme dans le sahel, (Pdps), qui a été lancé mardi à Tambacounda. Ce projet d’appui au pastoralisme cible cinq régions, notamment Tambacounda, Saint-Louis, Matam, Louga et Kaffrine. Le projet, explique le coordonnateur, compte mettre l’accent sur l’augmentation de la productivité du cheptel, en mettant le focus sur les chaînes de valeur, (lait et petits ruminants). Il sera aussi accordé une part importante au développement des infrastructures pastorales, mais aussi à la gestion des ressources naturelles. Des unités pastorales seront installées dans les zones d’intervention, explique le Dr Ibrahima Niang, seulement cela se fera à travers un processus de gestion concertée de l’espace pastoral. L’accès aux services d’alimentation et de santé sera aussi une priorité du projet, martèle le coordonnateur. Pour mieux régler la question de la disponibilité de l’eau, poursuit Ibrahima Niang, une trentaine d’unités pastorales seront implantées dans les zones dont 25 nouvelles, avec 15 nouveaux forages qui vont être creusés et une dizaine réhabilitée dans les 5 régions dont 14 départements vont être touchés. En plus de ces aspects, l’intensification des productions animales sera aussi de mise dans le projet. Il sera procédé à l’acquisition de races à haut rendement pour mieux booster la production et la productivité et des petits ruminants et du lait aussi, fait noter Ibrahima Niang. Et cette acquisition de races se fera avec l’accompagnement du centre d’amélioration génétique de Dahra, précise-t-il. Après tout, le projet va nouer des partenariats avec toutes les organisations ou structures qui s’activent dans la chaîne animalière pour mieux maîtriser les questions de l’eau, de la santé, d’infrastructures, entre autres.

Pour ce qui est de la question relative à l’emploi, il y a un volet facilitation de l’accès à la finance islamique. Le projet n’a pas de manière spécifique une ligne de crédit. Mais détaille le coordonnateur du Pdps, la Bid a mis en place dans presque tout le pays, tout un réseau de finance islamique et le projet se chargera de recruter un expert pour permettre aux pasteurs et aux agropasteurs de pouvoir bénéficier des avantages qu’offre la banque. Et cela participera à la création d’emplois et à l’occupation des personnes dans les zones.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here