PARTAGER

Lanizel Trésor Malack est désormais pensionnaire de la prison de Reubeuss, ce, pour une durée de 10 ans. Agé de 24 ans, il a été envoyé, hier, à cette citadelle du silence pour viol et pédophilie sur mineure de moins de 13 ans. Sa victime, F. T, est âgée de 12 ans et est élève en classe de Cm2.
Dans une voix basse, la petite a devant la barre du Tribunal de flagrants délits de Dakar raconté sa mésaventure avec Malack. Elle avoue avoir entretenu des rapports sexuels avec le mis en cause à plusieurs reprises. Le jour où la partie de jambes en l’air a été découverte, le prévenu avait escaladé le mur de la demeure de la fille. Sur la terrasse de ladite maison, un paquetage composé d’un matelas et d’une moustiquaire installé par les deux a été retrouvé.
Alors comment l’affaire a été découverte ? Appelée de vive voix par son père qui se trouvait à l’intérieur de la maison, F. T a répondu depuis la terrasse. Sans calcul, le papa prend les escaliers pour voir ce que son enfant fait sur le bâtiment. Sur place, il a été surpris de constater le paquetage. Mais aussi un tee-shirt laissé par le jeune qui a pris la tangente après avoir entendu la voix du vieux. Le lendemain, le voisinage a reconnu ledit tee-shirt qui appartient à Lanizel T. Malack. Alors, le premier réflexe du père de famille a été de conduire sa fille à l’hôpital pour consultation. Là-bas, la blouse blanche remarque une perte ancienne de l’hymen. C’est alors qu’il va porter plainte devant le procureur de Rufisque qui a par la suite transmis le dossier à la police qui a procédé à l’arrestation du jeune homme.
A l’enquête préliminaire comme à la barre, le prévenu n’a pas varié dans ses déclarations. Il a nié les faits qui lui sont reprochés. «C’est la fille qui m’a appelé pour que je lui prodigue des conseils», dit-il.
Pour le ministère public, les faits sont constants. Raison pour laquelle, dit le procureur, Lanizel avait demandé auparavant pardon au papa de la victime. Ensuite, la fille n’a jamais varié dans ses propos. Il a requis 10 ans d’emprisonnement ferme.
Pour la défense, «il y a beaucoup de zones d’ombre dans cette affaire». Car, indique la robe noire, «la fille a avoué ici à la barre qu’elle avait entretenu des relations sexuelles avec un tailleur nommé Amadou. Et que ce jour-là, son slip a été tacheté de sang». Pour lui, le procureur s’est juste basé sur le procès-verbal qui ne sert qu’à titre de renseignement pour demander la condamnation de son client. Il a plaidé la relaxe du prévenu au bénéfice du doute.
Le tribunal a suivi le parquet et a reconnu Malack coupable de «viol et pédophilie sur mineure de moins de 13 ans». Il l’a condamné à 10 ans de prison ferme.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here