PARTAGER

Le renouvellement des instances de l’Union africaine a eu le mérite de clarifier le leadership politique africain.
Comment expliquer la prédominance du Tchad ?
La réponse est simple :
Le candidat tchadien à la présidence de la Commission de l’Union africaine se présentait comme «originaire d’un village nommé Tchad et d’un pays appelé Afrique». On pouvait penser que c’est un slogan de campagne à la veille d’une élection aussi cruciale. Loin s’en faut !
En effet Idriss  Deby, par des actes concrets, a toujours prouvé son ancrage dans la défense de l’Afrique ; peu importe le prix à payer.
Sans être le pays le plus riche d’Afrique, le Tchad, pour des questions de dignité fondée sur de fortes convictions, a su apporter une sincère solidarité à plusieurs Etats africains en proie à des difficultés. Ce pays est activement présent dans la sous-région ouest-africaine, dans une parfaite harmonie avec le Nigeria, le Niger, pour faire face à Boko haram. Le même Tchad est dans la position la plus avancée (la plus risquée) au Nord du Mali. On retrouve ce même Tchad avec le Cameroun, contre le même envahisseur.
Le long de la frontière avec la Libye, c’est le Tchad qui assure la surveillance pour empêcher les infiltrations des djihadistes et la circulation des armes susceptibles d’hypothéquer la paix et la sécurité de notre continent.
L’effort de cette guerre supporté par le brave Peuple tchadien explique en partie les difficultés socioéconomiques que traverse ce pays : arriérés de salaires des fonctionnaires, difficultés pour le respect du calendrier électorale (les Législatives).
La paix n’a pas de prix. Elle a un coût.
Grâce au Tchad, notre existence peut encore être sauvegardée et nous permettre de faire vivre nos institutions.
Que dire de certains pays avides de prestige international sur fond de complexe de supériorité que rien ne peut justifier ? Des pays prétendant avoir le meilleur candidat. Ces pays vociférant à tue-tête avoir été trahis lors de l’élection à la présidence de la Commission de l’Union africaine. Quel mérite peuvent-ils brandir aux yeux de l’opinion ? De qui se moque-t-on ? N’est-ce pas ces pays qui ont le complexe de compter des Etats africains parmi leurs premiers partenaires ? Ces pays qui se glorifient de compter leurs premiers amis en Europe, en Asie ou en Amérique.
N’est-ce pas ces pays qui, sans se soucier des difficultés de leur voisin immédiat, négociaient de façon mesquine, sur fond de calcul bassement alimentaire, leur intervention militaire aux côtés de l’Arabie Saoudite contre le Yémen ?
Et ce sont ces mêmes pays qui veulent avoir la confiance de l’Afrique ? Ridicule !
Le masque est tombé : les vrais Africains reconnaissent désormais ceux qui sont là pour la cause de l’Afrique. C’est tout le sens du choix victorieux  porté par les dignes voix de l’Afrique au profit du Tchad. Après tout, c’est un problème de confiance. On la trouve chez Idriss Deby. Et il a gagné.
Aux mauvais perdants qui versent toujours dans la gesticulation stérile, le chauvinisme puéril, nous les invitons à la retenue, à la reconnaissance du mérite tchadien, au respect du verdict souverain de l’Afrique, la vraie Afrique : celle qui refuse toute compromission, toute vassalisation et toute autre forme d’aliénation.
Abdou SANE
Ancien député
abdousanegnanthio@gmail.com
Dakar, Sénégal

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here