PARTAGER

Poursuivi pour escroquerie, portant sur la somme de 40 millions de F Cfa au préjudice de la Sonatel et la Cbao, l’ancien promoteur de lutte, Alioune Petit Mbaye, fera face au Tribunal correctionnel de Dakar le 10 avril prochain. Cette affaire, qui a été évoquée hier, a été renvoyée par le juge. Il sera certainement jugé par contumace, car Alioune Petit Mbaye vit en France depuis 2009.
Pour rappel, l’ex-patron d’Action 2000, organisatrice de grands combats de lutte entre le milieu des années 1990 et le début des années 2000, avait été condamné en 2009 pour des faits presque similaires. En effet, il a été reconnu coupable d’escroquerie et de détournement de deniers publics. Il avait écopé de deux ans de prison ferme assortis d’un mandat d’arrêt et de la confiscation de ses biens. Les faits incriminés remontent à 2007, après le combat Bom­bardier-Tyson. Petit Mbaye «avait bénéficié de la Sonatel d’un fonds de sponsoring avec une attestation qu’il devait présenter à la Caisse nationale de crédit agricole (Cnca) pour entrer en possession de ses sous».
Mais le  promoteur,  pour encaisser l’argent, a établi «de fausses attestations au nom de la Sonatel qu’il a présentées à la Cnca pour un prêt d’un montant de 40 millions de francs Cfa». Con­damné à 2 ans ferme, Petit Mbaye réussira, en 2009, à quitter le Sénégal avant son incarcération.
justin@lequotidien.sn 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here