PARTAGER

La 7ème édition de la Grande rentrée citoyenne a mobilisé du monde dont le Pr Daouda Ndiaye et Amadou Hott qui ont partagé leur parcours aux jeunes qui peuvent s’en inspirer. Amy Sarr Fall lance ainsi un appel à la jeunesse africaine qui continue d’emprunter les routes de l’émigration clandestine au prix de leur vie.

La Grande rentrée citoyenne est un rendez-vous très couru. Cette année, l’initiatrice de l’évènement, Amy Sarr Fall, a jeté son choix sur le Pr Daouda Ndiaye, chef du Département de parasitologie de la Faculté de médecine de l’Université de Dakar. Le scientifique a partagé son parcours qui devrait inspirer les jeunes lycéens et collégiens qui se sont massés dans les travées du Grand Théâtre national. Pur produit de l’école publique, natif de la banlieue dakaroise, Pr Ndiaye a réussi à repousser ses limites pour se hisser au sommet grâce évidemment aux études. L’in­venteur du test du paludisme dénommé «Illumigene malaria» est un homme au parcours universitaire brillant, sanctionné par plusieurs diplômes scientifiques et distinctions internationales. Il dit : «Nous sommes redevables à notre cher pays, car il nous a tout donné en nous offrant des opportunités. L’heure n’est pas à la spéculation, nous devons serrer les ceintures pour bâtir le pays. Ce n’est pas un hasard, ma venue au Grand Théâtre aujourd’hui (hier) n’est pas fortuite, car je suis un pur produit de la banlieue.» Il mesure l’importance des études : «Et je compte davantage m’investir dans l’éducation, car le Sénégal m’a tout donné et il est de mon devoir de venir contribuer à son développement. Depuis quelques années, je travaille pour l’éradication du paludisme dans plus de 20 pays au monde. J’ai travaillé pendant près de 5 années avec le gouvernement algérien pour éradiquer cette maladie. Dieu merci nous avons réussi aujourd’hui, car il n’y a plus de palu dans ce pays. Pour le Sénégal, je reste persuadé que d’ici dix ans, nous pouvons ensemble lutter contre cette maladie qui fait beaucoup de victimes chaque année. Le Sénégal ne se construira pas sans l’implication de ses fils.»

«Nos jeunes doivent arrêter de se donner la mort en mer»
Après un brillant cursus scolaire au Sénégal et en Europe, Amadou Hott, ministre de l’Economie, parrain de la 7ème Rentrée citoyenne, a insisté sur le «Rôle et opportunités de la jeunesse face aux perspectives de transformation économique du Sénégal» dans un contexte de l’exploitation du gaz et du pétrole. «Avec une bonne formation, nous osons espérer que la jeunesse pourra assumer la relève, car le développement d’une Nation passe par la formation de sa jeunesse. La transformation structurelle de l’économie passe nécessairement par l’augmentation des capacités de production. Nous incitons les jeunes à faire comme Amy Sarr Fall qui, après avoir obtenu ses diplômes, a tenu à revenir investir dans son pays ; d’où le sens du patriotisme», rappelle M. Hott.
Initiatrice de la Rentrée citoyenne, Amy Sarr Fall, pa­tronne de Intelligences Ma­gazine, affiche son engagement aux côtés de la jeunesse qui se retrouve souvent sur les routes de l’émigration. Ça l’indigne : «Nos jeunes doivent arrêter de se donner la mort en mer et les seuls responsables sont les vendeurs d’illusions. L’Afrique ne mérite pas de vivre cette catastrophe.» Vrai cri du cœur !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here