PARTAGER

Le Professeur Souleymane Mboup a magnifié mercredi, à Diamniadio, l’accréditation du laboratoire d’analyse de l’Institut de recherche en santé, de surveillance épidémiologique et de formation (Iressef) dont il est le président-fondateur. «C’est un signe très fort d’être accrédité, un processus qui garantit la qualité d’un laboratoire, d’un système», a-t-il indiqué lors d’une séance de restitution des travaux ayant conduit à l’accréditation de l’institut. «Lorsque que vous montrez que vous êtes accrédité, cela montre votre compétence, c’est un processus complexe, difficile et cher, ça demande une bonne formation et un lourd investissement», a-t-il notamment expliqué. «L’accrédi­tation permet de garantir la qualité de façon irréfutable d’un système. Cela veut dire que tout résultat sorti de nos laboratoires puisse être considéré comme de qualité, fiable», a-t-il ajouté. Selon lui, pour avoir une accréditation, il faut au minimum un investissement de 300 millions de francs Cfa à raison de 100 millions par année. «Pour les laboratoires, l’accréditation constitue un outil efficace de marketing et un passeport aux contractants qui requièrent les services de laboratoires évalués par un tiers indépendant», a expliqué le Professeur Mboup. «Sur le plan national et international, l’accréditation d’un laboratoire est considéré comme la preuve prestigieuse et fiable de sa compétence», a-t-il ajouté. Un contrôle est effectué chaque année par des experts de haut niveau pour voir si l’institut conserve encore les mêmes normes requises pour être accrédité. Plusieurs experts venus notamment des Etats-Unis et du Canada ont participé à la rencontre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here